Qu’est-ce que les hamburgers ont à voir avec le genre ?

Considérez cette liste de noms pour les burgers qui sont ou ont été sur le marché : Thickburger, Whopper, Big Mac, Big Boy, Chubby Boy, Beefy Boy, Super Boy.

Vous remarquez un point commun là ?

L’écrivaine Carol J. Adams en remarque un. Cette liste provient de son livre Burger, publié le mois dernier. Comme le business du burger s’est progressivement développé au fil du temps, explique Adams, la taille du burger – et les associations de genre – également.

Piotr Marcinski/Getty Images/EyeEm

 

Burger est un petit livre avec beaucoup de punch. C’est le dernier né de la série Object Lessons de Bloomsbury Publishing « à propos de la vie cachée des choses ordinaires ». La série comprend également des titres tels que Remote Control (Télécommande) et Jet Lag (Syndrome du décalage horaire).

Adams, bien connue pour La Politique sexuelle de la viande, fait de Burger une histoire culturelle de l’alimentation avec une touche sexospécifique :

« Étant donné le double sens des grands hamburgers en érection, il n’est pas surprenant que certaines compagnies annoncent leur tarif par l’intermédiaire de femmes qui peuvent fourrer un hamburger, un Thick Burger (hamburger épais), un Whopper (énormité), un Big Boy (grand garçon), etc. dans leur bouche. Carl’s Jr. fait un usage répété de ce trope de la bouche d’une femme farcie de hamburger. …. Une publicité pour Hardee’s a démontré la taille de leur Monster Thick Burger en montrant une femme fourrant son poing dans sa bouche. Appelé Burger ‘Fist Girl’ (de la fille au poing), il a été surnommé Burger ‘BJ Girl’ (de la fille qui fait une pipe) et’Deep Throat’ (gorge profonde) sur le web. Ce ne sont pas seulement des fantasmes sexuels, mais aussi des fantasmes de contrôle et d’humiliation des femmes. »
Carol J. Adams

Adams aborde son sujet en tant que défenseure des droits des animaux et féministe. Elle nous rappelle ce qu’est réellement « l’objet du quotidien » d’un hamburger : « Le hamburger – haché, macéré, moulu – est le produit alimentaire rebaptisé et remodelé le plus éloigné de l’animal ».

Ainsi, en tenant compte de la vie des vaches et des femmes, Adams explore de manière convaincante la « violence au cœur du hamburger ».

Notez, cependant, que le livre ne s’appelle pas « Hamburger » – et cela permet à Adams d’explorer le burger végétarien, aussi. J’avais toujours supposé que le burger végétarien était le produit de la contre-culture des années 1960 et des mouvements végétariens des années 1970, mais Adams montre que ce n’est pas le cas. Elle conclut que le burger végétarien « a évolué côte à côte avec le hamburger tout au long du XXe siècle ».

Il est impossible de déterminer le moment et le lieu d’origine du burger. La première chaîne de fast-foods américains, White Castle, a ouvert ses portes en 1921 ; les frères McDonald ont ouvert leur premier drive-in de hamburgers en 1937. Dès 1885, cependant, les gens offraient dans les foires d’État des produits qui s’en approchaient : des boulettes de viande entre deux morceaux de pain dans le Wisconsin, une galette de saucisses cuites à New York.

Des questions semblables obscurcissent les origines du burger végétarien. Les recettes de steaks de légumes et de croquettes de haricots sont apparues dans les livres de cuisine au tournant du XXe siècle. Même dans les années 1890, les inventeurs d’aliments dont le nom est connu de tous – Kellogg, Post – préparaient des aliments sans viande avec du seitan, des noix et du soja. Plus tard, le rationnement de la viande pendant la Seconde Guerre mondiale a stimulé ce type d’expérimentation.

L’histoire du burger végétarien diverge-t-elle de celle du hamburger en ce qui concerne le genre ? J’ai demandé à Adams d’expliquer : si le hamburger est associé à la masculinité, qu’en est-il du burger végétarien ? Est-il également lié au genre et, le cas échéant, l’est-il d’une manière plus plastique et plus souple ?

Voici ce que Carol J. Adams m’a dit par courriel :

« Je pense qu’il l’est de façon plus plastique/flexible. En regardant les publicités pour les hamburgers sans viande de la première moitié du 20e siècle, ou les articles du New York Times ou d’autres journaux traitant du soja et d’autres hamburgers végétariens (avec recettes), je ne me souviens d’aucun ciblage lié au genre du public.

Il y a eu des moments plus récents où le burger végétarien a fini par être sexué : une publicité dans le Vegetarian Times suggérait que ce qui était super à propos d’un certain burger végétarien était que votre mari ne saurait jamais. Cette publicité renforçait plusieurs stéréotypes sur le genre : 1) la femme devait cuisiner, 2) le mari s’attendait à de la viande et 3) vous devriez mentir à votre mari si vous lui donniez un burger végétarien (!).

Par contre, rappelons que le « meilleur » burger de 2015 pour GQ (anciennement Gentlemen’s Quarterly) était un burger végétarien. Je retiens (métaphoriquement) mon souffle pour que ceux qui sont associés aux excitants produits carnés à base de viande végétale n’utilisent pas de publicités qui renforcent les stéréotypes de genre. Jusqu’à présent, ils ne l’ont pas fait et cela, en soi, est excitant. »

Dans Burger, Adams écrit : « Est-ce qu’il nous arrive de simplement manger ? Nous consommons l’histoire interspécifique, l’histoire environnementale, l’histoire nationale et la politique de genre. Un burger n’est jamais qu’un burger. »

Un burger végétarien pourrait-il n’être rien d’autre qu’un burger végétarien ? Peut-être pas, mais comme la qualité des burgers à base de végétaux continue de s’améliorer en goût et en texture, il y a toutes les chances de tracer une nouvelle voie, une voie avec moins de violence pour tous les animaux, nous y compris.


Traduction de l’article de  paru sur NPR.org le 5 avril 2018 sous le titre What do hamburgers have to do with gender?

Barbara J. King est professeure émérite d’anthropologie au College of William and Mary. Elle écrit souvent sur la cognition, l’émotion et le bien-être des animaux et sur l’anthropologie biologique, l’évolution humaine et les questions de genre. Le dernier livre de Barbara est Personalities on the Plate : The Lives and Minds of Animals We Eat. Vous pouvez la suivre sur Twitter @bjkingape.

Publicités

4 commentaires

  1. Toujours intéressant évidemment, et Carol J. Adams pertinente. N’avions pas percuté le rapport entre le (ham)burger et l’expression de la domination masculine. Peut-être parce que pas vu de pub depuis de nombreuses années ?! Bon, pas surpris non plus… hélas.
    Merci pour ça.
    K&M

    J'aime

    • Tout le travail de Carol J. Adams est orienté sur ces liens, et c’est très intéressant. Le lien que j’ai mis vers la page Les mots sont importants, à propos de son précédent livre « La politique sexuelle de la viande » est vraiment à consulter. Tout ça aide vraiment à se rendre compte que ces liens ne sont pas imaginés mais bien réels.
      À bientôt 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s