Pourquoi les dauphins ne ripostent-ils pas ?

Voici un article sur les dauphins que j’ai traduit en français pour la Dolphin Connection (Source: The Ecologist) :

Pourquoi les dauphins ne ripostent-ils pas ?

Laura Bridgeman se penche sur les preuves scientifiques qui pourraient expliquer pourquoi les dauphins ont une nature si bienveillante lorsqu’ils s’agit d’interactions avec des humains…
Beaucoup de gens sont maintenant familiarisés avec la scène qui se joue sur la photo à droite. 362571
Cette photo a été prise à Taiji, au Japon, un endroit où la chasse et la mise à mort de dauphins est monnaie courante. Toutefois, cette photo en particulier capture un moment qui mérite un examen plus approfondi. Elle nous questionne fortement sur l’intelligence émotionnelle des dauphins et sur leurs relations avec les humains et elle nous invite à repenser la façon dont nous traitons ces êtres de la mer.
Regardez la photo de plus près. Elle capture les ultimes moments de la vie de ces dauphins, alors que les plongeurs que vous pouvez voir dans l’eau les guident vers leur mort. Ces dauphins vont – à contrecœur, mais de manière relativement pacifique – en dessous d’une zone bâchée où ils seront maintenus par leurs queues les uns à côté des autres.
Une pointe métallique sera introduite lentement dans leurs têtes. Pour regarder ce processus, cliquez ici (attention : les images sont choquantes). Leur famille et leurs amis se  débattent dans l’eau tout autour d’eux, complètement épuisés et sans doute terrifiés après les heures de chasse qui les ont amenés dans les filets des pêcheurs. Si vous regardez attentivement la photo, vous pouvez voir que certains dauphins sont déjà en train de saigner, parce qu’ils se sont jeté sur les rochers dans une tentative d’échapper aux pêcheurs et aux horreurs qui se produisent sous la bâche.
Les dauphins sur cette photo ont été acculés dans un coin, avec des pêcheurs et une mort certaine d’un côté et le filet qui les sépare de la liberté de l’autre. Quelle espèce d’animal sauvage que nous connaissons – ou même, qui, au sein de notre propre espèce – ne se déchaînerait pas en étant acculé ainsi ?
Pourtant, comme les milliers de dauphins avant eux, ces dauphins n’attaqueront pas. Et ce n’est pas par manque de capacité – pesant environ 360 kg, armés de dents pointues et d’une queues puissantes, ces grands prédateurs pourraient infliger de graves blessures aux humains dans l’eau. Mais ils s’abstiennent, encore et toujours. Cette bienveillance imméritée envers les humains est déconcertante, au mieux. Toutefois, des études scientifiques du cerveau des dauphins semblent offrir un début d’explication de ce comportement complaisant.
Nos cerveaux partagent de nombreuses similarités structurelles avec ceux des dauphins. Par exemple, nos espèces ont toutes deux un système limbique, responsable du traitement des informations émotionnelles. Une différence entre nous, cependant, réside dans le fait que le système limbique des dauphins est beaucoup plus grand que le nôtre, et, selon la scientifique Denise Herzig, il « peut occuper une plus grande partie du cerveau », indiquant que « le cerveau des dauphins pourrait avoir d’avantage de « connexion globale » aux informations [émotionnelles] ». Cela pourrait signifier que les dauphins sont plus émotifs que les humains et que les émotions prennent une place plus importante dans leur processus de pensée.
Bien qu’il puisse être tentant de penser qu’un surplus d’émotions conduirait à une plus grande agressivité lorsque l’individu est acculé, une autre caractéristique frappante du cerveau des dauphins semble entrer en ligne de compte. Sterling Bunnell, dans The Evolution of Cetacean Intelligence souligne que le cortex cérébral, responsable de la pensée logique et du raisonnement à la fois chez les humains et chez les dauphins, est contrôlé par l’activité émotionnelle du système limbique. Ce processus est facilité par ce qu’on appelle «les neurones d’association du néocortex ».
Bunnell a observé que, dans les études concernant les humains, la proportion de ces neurones par rapport aux neurones souches du système limbique « est nécessaire pour des qualités telles que… le contrôle émotionnel » et qu’une faible proportion est associée à « l’impulsivité, l’instabilité émotionnelle, l’irritabilité, la perte de l’humour ». Bunnell souligne que les dauphins possèdent une proportion de néocortex-limbique supérieure à celle d’un humain moyen, ce qui suggère que le contrôle qu’ils peuvent exercer sur leurs propres émotions est supérieur à ce que dont nous sommes capables.
Il se pourrait que les dauphins, tout en étant plus émotionnels, sont émotionnellement plus stables que nous et sont donc en mesure de mieux se contrôler dans des situations stressantes. Cela pourrait expliquer leur contrôle apparent sur l’impulsion de s’en prendre à des êtres humains qui les abattent si cruellement.
Cela pourrait aussi expliquer pourquoi les dauphins sont si dociles en captivité. Des dauphins vivants sont capturés à Taiji et sont vendus à des delphinariums du monde entier. Bien qu’ils soient gravement traumatisés, Bunnell souligne que « les dauphins captifs ont souvent fait preuve d’un humour, d’une empathie et d’une maîtrise de soi dont peu d’entre nous pourrait se targuer dans des circonstances comparables ». En effet, ces êtres sont séparés de leurs familles, placés dans des bassins stériles qui n’ont absolument rien à voir avec leur environnement naturel et sont contraints d’effectuer des tours par le biais de la privation de nourriture : si les dauphins ne travaillent pas, ils ne mangent pas. Pourtant, ils témoignent à presque chacun des visiteurs ce qui semble être de la gentillesse et de la compréhension. C’est une chose à ne pas oublier la prochaine fois que vous accepterez un « baiser » d’un dauphin captif.
À ce jour, nous n’avons aucun moyen de savoir avec certitude quelles sont les raisons de la bienveillance que nous percevons chez les dauphins. Certaines études suggèrent que ces comportements passifs pourraient résulter du stress incroyable de la capture et des massacres, qui aurait pour effet de mettre les dauphins dans un état comateux. Cependant, ce dont nous sommes sûrs, c’est que le comportement des dauphins est différent de celui des autres espèces lorsqu’elles sont poussées dans leurs derniers retranchements.
Malgré le peu que nous savons de l’expérience que les dauphins ont du monde, il est difficile de nier qu’ils sont très intelligents et qu’ils sont probablement capables de souffrance émotionnelle importante. Nous nous retrouvons avec une question troublante mais importante : est-il moralement justifiable de continuer à utiliser et à maltraiter des dauphins comme nous le faisons, que ce soit les tuer pour la nourriture ou les capturer pour qu’ils nous divertissent ?
Regardez à nouveau la photo, puis traitez les informations contenues dans cet article avec votre cortex cérébral. Enfin laissez ces informations parvenir jusqu’à votre système limbique. La réponse devrait venir à vous.
Article de Laura Bridgeman
Pour d’autres infos sur les dauphins et la lutte contre leur chasse et leur captivité : le site de la Dolphin Connection
http://www.ladolphinconnection.com/ (l’article se trouve sur la page Blog).
Il existe bien sûr beaucoup d’autres groupes ou associations qui soutiennent cette cause.
Mon avis sur cet article :
Je ne connais pas bien les dauphins et autres cétacés, même si je les trouve très intéressants et attachants.. assez fascinants même. On dirait que nos deux espèces essaient parfois de communiquer, et malgré les limites posées par le fait que nous ne soyons pas de la même espèce, beaucoup de choses passent. De là à dire que nous nous comprenons… il reste bien du chemin à parcourir !
Le cerveau des dauphins est complexe et leurs facultés sont sans doute au moins aussi étendue que les nôtres sinon plus. Non seulement ils sont très intelligents, mais leur besoin de lien social et leur goût du jeu en font des animaux très touchants (je vous conseille par exemple de regarder des vidéos de dauphins faisant des sortes de bulles en forme d’anneaux dans l’eau et jouant à les faire changer de formes).
Leur réaction face aux attaques ne sont apparemment pas toujours calmes et ordonnées, malgré ce qu’en dit l’article. Il faudrait alors trouver quelles sont les différences dans ces situations pour comprendre les différences de réaction (différences selon les individus ? dauphin attaqué seul/en groupe ? attaqué par des humains/d’autres animaux ?…)
Dans le cas des massacres de Taiji, il faut savoir que leur comportement ressemble fort à celui de groupes d’individus résignés à subir leur triste sort et pensant surtout aux proches qui se font attaquer et tuer sous leurs yeux. Comment réagirions-nous à leur place ?
J’ai vu que lorsque des humains encerclent un groupe de dauphins, ils en attaque un pour commencer et ils savent que les autres ne l’abandonneront pas et viendront essayer de le sauver même s’ils doivent y laisser leur vie. Ce qui fait qu’en en prenant un, ils les capturent tous au final. C’est un terrible exemple de cruauté des humains et de compassion et d’altruisme des dauphins…
Advertisements

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s