Donner son lait

Pendant ma seconde grossesse, j’ai pris la décision de sauter le pas du don : le don de lait maternel.

12565497_1001468853253300_6765889127040973163_n
Non titré
Alexandre Gonord, 1906
Collection privée
Source

Je me suis donc renseignée pour connaître les démarches à suivre une fois mon allaitement bien lancé, afin de donner mon lait au lactarium le plus proche.

Pourquoi donner son lait ?

Pour aider des bébés en souffrance : bébés prématurés, bébés atteints de pathologies (insuffisance rénale ou cardiaque) ou bébés intolérants aux laits artificiels de vaches… Mais aussi dans les cas où la mère ne peut allaiter car elle est hospitalisée ou lorsqu’il y a insuffisance de la lactation de celle-ci (en cas de prématurité par exemple).

Rappelons, s’il est besoin, que le lait maternel est supérieur en bien des points au lait artificiel ; chaque nouvelle étude sur le sujet le confirme.
Si les risques liés à la consommation de préparations commerciales pour nourrissons existent pour tout bébé, la question devient vraiment cruciale pour des tout-petits très fragiles. Les nutriments, les anticorps essentiels pour les nourrissons seront trouvés dans du véritable lait humain seulement. De plus, le risque et la gravité des infections sont moindres grâce à la facilité de digestion et d’assimilation du lait humain.

Beaucoup de lactariums ont des stocks de lait insuffisants, c’est pourquoi toutes les quantités sont les bienvenues. Donner son lait est rapide et simple, comme l’attestent de nombreux témoignages🙂

Attention aux dons non réglementés

Vous devez absolument passer par un lactarium qui servira d’intermédiaire (que ce soit pour fournir ou pour vous procurer du lait). La transmission (gratuite ou payante) de lait entre particuliers ou entre groupes non agrémentés est très dangereuse ! Les règles d’hygiène ne sont pas garanties du tout concernant la conservation, le transfert et la distribution du lait (chaîne du froid, propreté, etc.). En outre il n’y a aucun contrôle sur la santé de la donneuse. Enfin il arrive que des personnes peu scrupuleuses coupent le lait humain avec du lait de vache. N’oublions qu’il s’agit de nourrir des nouveaux-nés et que leur vie en dépend !

L’association La Leche League International peut vous conseiller, sinon vous pouvez contacter directement le lactarium le plus proche de chez vous (Des Centres de collecte de lait existe notamment en France, en Belgique, au Québec…).

Comment ça se passe ?

Le « lactarium » ou « centre de collecte de lait » est l’organisme qui s’occupe de collecter, traiter et distribuer le lait maternel humain, en toute sécurité.

De son côté la maman allaitante tire régulièrement son surplus de lait (sachant que c’est la stimulation qui engendre la production, il n’est pas difficile d’avoir assez de lait pour donner). Pour cela, le lactarium fournit le matériel nécessaire : tire-lait, biberons, sachets de conservation… Ensuite la donneuse stocke le lait par congélation en suivant les consignes d’hygiène fournies.

Le lactarium passe récupérer le lait toutes les 2 à 3 semaines et gère la suite. Le lait est identifié par un système de codes barres puis envoyé aux maternités qui en ont besoin.

À savoir qu’avant le premier don, la donneuse doit remplir un questionnaire et faire une prise de sang pour détecter une éventuelle infection qui serait un obstacle au don (VIH, hépatites…).
D’autre part, le lait recherché est uniquement le lait produit pendant les 9 premiers mois d’allaitement, car la composition du lait varie pour s’adapter à l’âge du bébé et il n’est donc plus adapté aux nourrissons à partir d’un certain laps de temps.

Je précise, au cas où ce serait nécessaire, qu’il s’agit d’un vrai don, un don gratuit.

Lupa Capitolina - MC 1181
Lupa Capitolina – MC 1181

Romulus et Rémus – Bronze Lupa Capitolinadu Palazzo dei Conservatori à Rome.
Source

Trop peu de lactariums

Malheureusement ma démarche n’a pas pu aboutir car je vis en Auvergne. Ma sage-femme m’avait parlé du lactarium de St-Etienne (Rhône-Alpes) mais j’ai appris que celui-ci a fusionné avec celui de Lyon (Rhône-Alpes aussi mais on en est à 2 heures de route). J’ai donc appelé celui de Lyon qui m’a dit que j’étais domiciliée trop loin pour qu’ils se déplacent pour la collecte. On m’a redirigé encore plus loin, sur celui de Marmande (Aquitaine), au cas où, mais ça n’a rien donné non plus.
Je suis donc dans une zone vide et il m’est impossible de donner mon lait. C’est bien dommage. J’espère que le nombre de lactariums français augmentera à l’avenir et qu’ils seront mieux répartis sur le territoire national.

Que pensez-vous du don de lait maternel ? Vous y avez déjà songé ? Vous l’avez fait ? N’hésitez pas à partager ici, c’est un sujet bien trop peu abordé je trouve.

Advertisements

8 commentaires

  1. Quel dommage que tu ne puisses pas donner 😦
    Ça nécessite quand même un peu de disponibilité qu’on a pas toutes, alors c’est d’autant plus dommage quand on peut le faire de se retrouver hors zone de collecte…
    Pour mon premier, j’y avais pensé mais entre les tirages pour la nounou et le travail, pas possible.
    Je me renseignerai bien pour ma deuxième (oui, j’ai accouchée 😊) une fois tout bien en route. Mais je crains aussi d’être dans une zone non « desservie »…

    J'aime

    • Apparemment tirer le lait 1/4h par jour, ça suffit en gros. Ce qu’on peut faire au moment d’une tétée, en lisant, en regardant la télé, etc. Ca ne me parait pas insurmontable.
      Mais bon chaque personne a ses contraintes, je le comprends bien, et encore plus avec un/des enfants en bas âge.

      Félicitations pour la naissance de ton enfant ! 🙂
      N’hésites pas à repasser nous dire si tu as pu concrétiser ce projet de don de lait.

      J'aime

  2. Je suis atterrée de lire qu’il n’y a pas assez de lactariums pour couvrir tout le territoire 😦
    Je ne savais pas pour la limite des 9 mois, il faut que je me renseigne assez vite du coup pour voir si je peux m’y mettre bientôt.

    J'aime

  3. Je ne connaissais pas du tout le concept du don de lait maternel- j’apprends toujours plein de choses intéressantes sur ton blog 🙂 ! Du coup j’ai cherché pour savoir s’il y en avait à Freiburg où je vis mais à ma plus grande surprise il n’y en a pas… j’espère que ça continuera de se développer en France et ailleurs.

    J'aime

    • Contente de t’avoir fait découvrir ça ! et merci d’être une fidèle lectrice 😉

      Il faut que ça se développe, mais je suppose que ça irait mieux s’il y avait plus de mamans prêtes à allaiter aussi, donc il faudrait que les responsables communiquent dans les médias et chez les professionnels de santé…!

      J'aime

  4. Bonjour,
    Donner mon lait était un projet qui me tenait vraiment à cœur. Du coup j’ai fait les démarches avant de reprendre le travail, j’ai réussi à leur faire un petit don (1,5L). Le prochaine fois je m’y prendrais un peu plus en avance pour pouvoir donner plus.
    Donner son lait nécessite une grande motivation car c’est assez contraignant : rdv avec la collectrice, batterie de questions, stérilisation du matériel du tire lait avant chaque recueil, conservation au congélateur avec relevé de la température tous les jours, prise de sang…
    D’ailleurs, la collectrice est venue récupérer mon lait mais il est toujours en attente car je n’ai pas encore trouvé de laboratoire d’analyse qui accepte de me faire une prise de sang pour le lactarium (ordonnance spécifique)…Bref c’est pas simple.
    Malgré toutes ses contraintes, je suis très heureuse de faire ses démarches car comme tu le dis ça peut sauver des vies.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s