Les jeux vidéo et la pornographie en ligne emprisonnent-ils une génération de jeunes hommes ?

Cet article est tiré d’un article de Joao Medeiros pour le magazine WIRED de juin 2015.

Traduction par moi-même.

 

Le psychologue de Stanford Philip Zimbardo est devenu célèbre dans les années 70 grâce à une étude sur les effets psychologiques de la prison. Les sujets à qui était attribué le rôle de surveillants pénitentiaires sont devenus violents ; les prisonniers ont adopté un comportement de soumission. L’expérience a montré que le contexte pouvait avoir une influence encore plus forte sur le comportement que la personnalité. Dans ce nouveau livre, Man (Dis)connected, co-écrit avec Nikita Coulombe, Philip Zimbardo, 82 ans, décrit une autre influence puissante sur notre comportement : la technologie. Selon le Pr. Zimbardo, les jeunes hommes d’aujourd’hui échouent du point de vue « académique, social et sexuel ». Pourquoi ? À cause de la pornographie et des jeux vidéo. « Nous craignons que plus les jeux vidéo et le porno deviennent provocants et à la fois fidèles à la réalité, plus la réalité concordera avec le virtuel et plus les jeunes hommes deviendront égocentriques », écrivent Zimbardo et Coloumbe. WIRED lui parle du lien entre le porno et les jeux, la neuroscience de l’addiction et lui demande pourquoi les garçons sont particulièrement affectés.

 

WIRED : Selon votre livre, l’accès au porno et aux jeux vidéo affecte les jeunes hommes socialement, intellectuellement et sexuellement. Comment vous êtes-vous intéressé à ce sujet ?
Philip Zimbardo :
 Il y a plusieurs années, mon fils Adam, qui avait alors 18 ans, est devenu accro aux jeux vidéo. Il était à l’université de Stanford, il était un étudiant brillant et pourtant il aimait jouer aux jeux vidéo plus que tout. Puis mes étudiants ont commencé à rester éveillés toute la nuit à jouer à des jeux vidéo et à revenir enfarinés à mes cours. Je ne joue pas donc l’idée que des jeunes puissent passer 12 heures par jour à jouer à des jeux était stupéfiante. Je n’arrivais pas à le comprendre, alors j’ai décidé d’étudier le sujet. Il s’est avéré que ce problème était vraiment répandu. Je n’ai rien contre les jeux vidéo, le problème c’est l’excès et l’isolation sociale.

Vous établissez également un lien entre la pornographie et les jeux vidéo. Dans votre livre, vous écrivez que la combinaison d’excès de jeux vidéo et de porno crée un « duo mortel » dont les conséquences sont l’absence d’activités normales et d’interaction sociale.
Nous avons été les premiers à établir ce lien. Aujourd’hui, en seulement quelques clics, vous pouvez passer de Warcraft à Pornhub. Des enfants très jeunes peuvent faire cela. C’est incontrôlable. La plupart des parents ne sont même pas conscients de l’existence de la pornographie gratuite. Les garçons passent juste un temps immodéré seuls dans leur chambre à jouer à des jeux vidéo et ils alternent cela avec le porno.

Donc le porno est également consommé en excès par de très jeunes enfants ?
Pour les jeunes garçons et les adolescents qui n’ont pas vraiment eu d’expérience sexuelle, le porno constitue leur éducation sexuelle. C’est ce qu’ils voient et cela devient la norme. Ce qu’ils ne voient pas c’est la romance, ils ne voient personne s’embrasser, ils ne voient personne discuter ou mettre des limites. Il ne s’agit que de manipulation physique et cela se termine quand l’homme a un orgasme sur le visage ou la bouche ou n’importe quelle partie du corps de la femme. Ce n’est pas ce qu’ils vont rencontrer dans le monde réel. De nombreux garçons que nous avons interrogés disent que le porno, c’est mieux que le vrai sexe parce qu’ils ne risquent pas d’être rejetés. Dans le porno, il n’y a pas de « non », que des « oui ». C’est gratuit, c’est accessible, vous n’avez pas à aller à des rendez-vous, vous n’avez pas besoin d’avoir une longue conversation. Le porno est là quand vous le voulez, vous en profitez pendant 20 minutes, il n’y a aucun engagement. 

Et il existe aussi maintenant des preuves irréfutables de l’effet sur leur cerveau…
De nouvelles études indiquent que les circuits de la récompense du cerveau s’activent trop lorsqu’ils jouent aux jeux vidéo et qu’ils regardent de la pornographie. C’est une excitation généralisée. Vous vous habituez à tout ce qui active le système de récompense et vous continuez à vous exposer à cela. Ces choses perdent leur potentiel et leur intérêt. Pour garder le niveau d’excitation, il faut qu’il y ait des variations. Et les industries du jeu vidéo et du porno savent cela donc elles ajoutent sans cesse des variations. Dans la vraie vie, nous n’avons pas cette possibilité. Quand je parle d’addiction, il s’agit vraiment d’un changement de sensibilité mentale : vous préférez faire cette chose plutôt que n’importe quoi d’autre au monde. Et quand vous ne faites pas cette chose, vous y pensez. Avez les enfants, quand ils vont à l’école, ils souhaiteraient être face à leur écran en train de jouer à des jeux vidéo ou de regarder de la pornographie. Tout le reste devient insipide et ennuyeux en comparaison. C’est triste car le véritable sexe ne sera pas aussi excitant que le sexe du porno, le véritable apprentissage ne sera pas aussi excitant que Warcraft. Les garçons échouent, abandonnent l’école, obtiennent les pires notes. On leur diagnostique des troubles du déficit de l’attention, alors nous les mettons sous médicaments, mais c’est juste qu’ils s’ennuient. Il n’y a pas de déficit de l’attention lorsqu’ils jouent aux jeux vidéo. L’école fait pâle figure comparée aux images concrètes de personnes qui vous tirent dessus ou de personnes ayant un rapport sexuel.

Alors les enfants d’aujourd’hui sont la première génération à vivre ce phénomène ?
Exact. C’est seulement depuis ces dernières années que le porno est gratuit et que les jeux vidéo sont extrêmement populaires. Les parents doivent être conscients que c’est un problème sérieux. Cela ne va pas disparaitre, ce n’est pas une phase dans la vie des enfants. La facilité d’accès rend les choses presque impossibles à contrôler.

Les industries du porno et du jeu vidéo, toutes deux dominées par les hommes, sont-elles indirectement en train de saboter la prochaine génération d’hommes ?
Oui, elles la sabotent, d’une façon très insidieuse. Les personnes qui développent les jeux dans l’industrie sont principalement des hommes. Le porno en ligne est une industrie faite par les hommes et pour les hommes. Le but de ces industries est lucratif et, oui, étant donné la domination masculine, c’est un cercle vicieux.



Je n’ai absolument pas traduit cet article pour dire que les jeux vidéo ou la technologie, c’est le mal. Comme le précise Philip Zimbardo, le problème, c’est l’addiction, l’isolement social, la déconnexion avec la réalité.
Les jeux vidéo peuvent être de grande qualité, divertissants et enrichissants au niveau cognitifs. Mais il est important de se questionner sur

  1. la quantité de temps passé à regarder des écrans. Je crois qu’on peut honnêtement tou-te-s se rendre compte que les écrans en général sont addictifs (et c’est confirmé par toutes les études) ;
  2. le contenu de toutes ces images et histoires qu’on ingère (pour les problématiques féministes des jeux vidéos par exemple, vous pouvez regarder les excellentes analyse vidéos d’Anita Sarkeesian sur sa chaîne YouTube : Feminist Frequency).

Pour la pornographie, je pense que vous avez compris ma position si vous avez lu mon billet-traduction à ce sujet. Le problème n’est pas la sexualité, ni même le fait de filmer des actes sexuels. Le problème est la violence inhérente à cette industrie. La pornographie, tout comme la prostitution, n’est qu’une industrie du viol camouflée dans la prétendue légitimité qu’apporterait l’argent. La pornographie participe à la culture la domination des hommes sur les femmes. Ce n’est pas de la sexualité, c’est de la violence.
Grandir, se construire dans sa sexualité et dans son rapport aux autres d’après de tels modèles est dévastateur pour la société.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s