Un petit tour en Asie

Je pense que je vous dois un petit « débrief » de mon séjour estival en Asie.

Une belle expérience, qui me rappelle à quel point pouvoir travailler de n’importe où est un luxe. Cette liberté est un luxe et j’en profiterai autant que possible.

Voici simplement dans les grandes lignes et en photo les étapes de mon « summer trip » en famille, avec pour chaque destination un aperçu de la condition animale ainsi que mon ressenti :

Hong-Kong


La condition animale à Hong-Kong : La situation semble avoir des points communs avec ce qu’on peut constater en Occident. Des animaux de compagnie chouchoutés, mais de nombreux animaux errants qui tentent de survivre dans l’indifférence ou qui finissent euthanasiés. Une forte consommation de viande (Hong-Kong brasse clairement beaucoup d’argent malgré la précarité de nombreuses personnes, c’est plus une destination business qu’une destination vraiment touristique). Des lois largement insuffisantes pour ce qui est de la prévention de la cruauté sur les animaux destinés à être consommés. Malgré tout quelques associations de défense des animaux existent et essaient de travailler dans ce contexte.

Ce que j’en ai vu : Ce qui est omniprésent au regard, ce sont les canards rôtis entiers qui pendent aux vitrines de très nombreux restaurants. Également, les rayons poissonneries des supermarchés ont des aquariums remplis de poissons et crustacés encore vivants qui tournent en rond dans cet espace si limité, vide et pas franchement propres… souci de fraîcheur pour le consommateur je suppose, mais c’est de la souffrance en plus pour ces animaux… et vraiment difficile à regarder pour moi, ainsi qu’à expliquer à ma fille. Enfin, le plat de fête, la référence à la richesse, reste la soupe d’ailerons de requin malheureusement, j’ai pu le constater sur de nombreux menus.
À part ça, j’ai trouvé HK très semblable aux grandes villes occidentales. C’est un territoire mi-chinois mi-autrechose, c’est donc potentiellement moins choquant que la Chine « continentale ».

Vietnam

Hanoï / Halong

La condition animale au Vietnam : Il est possible de consommer du chien au Vietnam, voire du chat, même si pour ces derniers la pratique est illégale. Illégale mais tolérée. Les animaux consommés proviennent forcément de vols puisqu’il n’existe aucune filière d’élevage de chats. Cette consommation d’à peu près tous les animaux existants au Vietnam s’explique en grande partie par les années de guerres et de famines vécues par la population il n’y a encore pas si longtemps.
D’autre part, l’Association de Protection animale a été créée en février 2018 et elle relève du Ministère de l’Intérieur. Elle a pour vocation d’empêcher les formes de maltraitance et de cruauté sur les animaux. D’après un sondage d’Animals Asia, les jeunes Vietnamiens placent la cause animale dans le top 4 de leurs préoccupations, ce qui est encourageant. Et les campagnes de cette association concernant les chiens et les cochons ont rencontré un fort soutien ces dernières années.

Ce que j’en ai vu : c’est probablement le pays où j’ai mangé cruelty-free le plus facilement. On peut trouver facilement des plats végétaux succulents. Ce ne sont pas des adaptations mais bien des plats existants. Le fait qu’un repas soit typiquement composé de plusieurs petits plats que tout le monde se partage aide probablement à la création de plats végétaux en marge des plats carnés, mais j’ai vraiment trouvé plus mon bonheur au Vietnam qu’en Chine (qui a pourtant cette même tradition).

Cambodge

Angkor

La condition animale au Cambodge : des initiatives courageuses existent pour venir en aide aux chats et aux chiens du pays, qui sont souvent négligés, ignorés voire mangés. L’exploitation des éléphants pour le tourisme est toujours une réalité, malgré les quelques sanctuaires qui tentent de contre-balancer la situation en prenant soin des rescapés. Le braconnage et le commerce illégal d’animaux sauvages (pangolins, ours, loris, tortues, etc.) sont également une plaie pour la faune cambodgienne.

Ce que j’en ai vu : étant restée peu de temps, je n’ai eu l’occasion que de visiter le colossal site d’Angkor, près de la ville de Siam Reap mais sans avoir le temps de la traverser non plus… Donc je n’ai pas pu non plus me faire un réel avis personnel et je n’ai pas d’expérience significative à raconter. Les seuls animaux que j’ai vus sont les singes (des macaques très probablement) qui semblaient vivre libre à Angkor, comme cela semble être souvent le cas en Asie près des temples et autres sites touristiques (ils ont de la végétation et souvent des offrandes de nourritures à chiper).

Thaïlande

Bangkok / Phuket

La condition animale en Thaïlande : Les sacrifices d’animaux pour raisons religieuses ainsi que les combats à mort d’animaux sont légaux. Et cette tolérance pour les motifs religieux / traditionnels de cruauté sont un obstacle certain à la prise en considération globale des intérêts de base des animaux par la société Thaïlandaise.

Ce que j’en ai vu : Entre la vue au bord des routes des éléphants captifs maltraités et passant leur vie à promener des touristes et celles des combats de coq (à la télévision seulement), le rapport entre les Thaïlandais et les animaux ne m’a pas semblé très clément. Ca c’était sur l’ïle de Phuket. En revanche Bangkok étant une grande ville très développée, je n’ai pas eu droit aux mêmes genres de scènes. Rien ne m’est apparu différent de la France.

Macao

La condition animale à Macao : Les militants locaux se concentrent sur les campagnes d’adoption, de stérilisation et de soins aux animaux de compagnie « habituels » comme les chiens et les chats. Il existe aussi une campagne pour aider les lévriers de courses de Macao. Les chats et chiens sont en principe protégés par la loi contre tout acte de cruauté et contre l’abandon. La consommation/vente de leur chair est interdite, ainsi que les combats faisant participer ces animaux.

Ce que j’en ai vu : Là encore, je ne suis restée que 3 jours et sur ce territoire ayant un héritage mi-chinois mi-portugais, ce que j’ai pu apercevoir m’a paru semblable à la situation occidentale, que ce soit au niveau de la restauration, ou du rapport aux animaux de compagnie…


Globalement pour ce qui est de la nourriture, comme pour mes précédents voyages, j’ai fait de mon mieux pour manger végétalien, sinon végétarien. J’espérais de bons plats de tofu mais j’ai réalisé qu’en Asie, le tofu accompagne la viande bien plus qu’il ne la remplace… Également, je pensais trouver plus facilement des plats végétariens du fait de certains courants religieux, bouddhistes notamment, qui prohibent la consommation de chair animale dans un élan de compassion étendu et cohérent. Finalement, rien de cela, je n’étais peut-être pas dans les bonnes zones.
Cela dit j’ai pu me régaler de délicieux fruits frais, exotiques pour moi (mention bonus aux savoureux jus de mangue et de coco, ainsi qu’aux pitayas qui sont tout sauf insipides en Asie!), de nem végé avec la petite attention qui va bien : servis avec de la sauce soja et non pas de la sauce à nem (qui nécessite du poisson), de l’igname, et d’autres mets dont j’ai oublié le nom. Le dépaysement culinaire végétal est possible ! 🙂

Pour les anglophones j’ai trouvé ce site en faisant quelques recherches pour ce billet : https://api.worldanimalprotection.org/
Il s’agit d’un état des lieux de la condition animale par pays.

2 commentaires

    • Avec plaisir. 🙂
      Les voyages apportent à tous points de vue, et ça ne faillit pas à la règle concernant les causes qui nous tiennent à coeur : je pense que c’est bien d’avoir à l’esprit que les situations peuvent être très différentes d’un pays à l’autre, et de s »intéresser aux diverses stratégies et au fait de s’adapter justement à chaque situation donnée.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s