Voilà à quoi ressemble l’extinction

Par Lori Marino, le 17/09/2018

Je suis dans un aéroport sur le chemin du retour des îles San Juan, Washington. J’étais là-bas pour assister à une réunion publique convoquée par l’agence fédérale NOAA au sujet de la mort récente de Scarlet, l’orque de quatre ans que nous avons vu s’éteindre doucement jusqu’à ce qu’elle ne soit plus là. Elle était morte. Tout ce que je ressens, c’est le désespoir et la frustration d’avoir été en mesure de l’aider et de savoir ensuite que nos efforts ont échoué.

Scarlet était l’un des orques résidentes du Sud en voie de disparition de Puget Sound, une population qui a été ravagée, d’abord par des captures pour des parcs de loisirs marins dans les années 1960 et 1970, et maintenant par les eaux toxiques, la pollution acoustique et la pénurie de nourriture.

Il y a quelques semaines à peine, alors que Scarlet luttait déjà pour sa vie, le monde était aux premières loges de la souffrance d’une autre orque, Tahlequah, une mère qui a porté son bébé mort (qui n’a vécu que 30 minutes) pendant 17 jours dans ce qui a été décrit comme une « tournée du chagrin ». Tout cela s’est déroulé de juillet à septembre. Et maintenant, il ne reste plus que 74 orques résidentes du Sud.

Tous ceux d’entre nous qui ont participé au projet Scarlet – la NOAA, les organisations locales, les vétérinaires spécialistes des animaux sauvages (y compris ceux de l’industrie de la captivité), la nation Lummi et le projet du sanctuaire de baleines – ont été confrontés à une situation sans précédent :

Que faire d’une petite baleine qui est malade et dont la situation s’aggrave rapidement ? Est-ce que vous « laissez la nature suivre son cours » ? Qu’est-ce que cela signifie dans un monde où nous avons nous-mêmes créé les conditions de l’extinction ? Est-ce que vous la prenez et la traitez même si cela peut traumatiser sa famille ? Pouvez-vous atténuer un tel traumatisme en attendant qu’elle soit séparée de sa famille ? Et qu’est-ce qui ferait qu’elle serait séparée ? Combien de kilomètres entre elle et eux et pour combien de temps ?

Nous ne devons jamais oublier que ce sont ces luttes personnelles qui constituent le processus d’extinction.

Et pendant que nous passions tous des jours à discuter de ces questions, elle nous a glissé entre les doigts.

Dans le sillage de cette situation éprouvante sur le plan émotionnel, j’ai été frappé par une déclaration de Ken Balcomb, directeur du Center for Whale Research, qui a étudié les orques résidentes du Sud plus que quiconque. Lorsqu’on lui a demandé ses commentaires sur la disparition de Scarlet, Ken a dit : « Voilà à quoi ressemble l’extinction. »

Et avec cette déclaration, il a mis la réalité en perspective. L’extinction est un terme que nous entendons tout le temps de nos jours, comme dans « Nous sommes dans une sixième extinction de masse » et les dernières nouvelles sur la façon dont telle ou telle espèce est en voie de disparition. Mais l’extinction n’est pas un concept de manuel abstrait au niveau des espèces et des populations ; c’est une perte d’individus comme Scarlet et comme l’enfant de Tahlequah. C’est personnel. C’est une question de perte et de souffrance de la part des familles et des groupes sociaux. C’est l’histoire d’une mère qui porte son enfant mort depuis 17 jours. C’est l’histoire d’une petite baleine qui a essayé de vivre malgré tous les obstacles.

Ce sont ces luttes personnelles qui constituent le processus d’extinction, et nous ne devrions jamais l’oublier lorsque nous essayons de décider quoi faire.

L’extinction n’est pas un froid calcul du nombre de femelles reproductrices et du degré de diversité génétique. L’extinction, c’est le sang, les tripes et les derniers souffles de ceux qui voulaient vivre et qui ont perdu ce combat, un par un, jusqu’à ce que, comme Scarlet, ils soient tous partis.

Article d’origine en anglais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s