Le végétalisme n’a pas vocation à résoudre tous les problèmes

Une critique de l’initiative d’incitation à la végétalisation auprès des grandes marques (initiative à laquelle je participe et que j’avais relayée ici) a été publiée il y a quelques jours sur le blog T-Punch Insurrectionnel, sous le titre « Quel modèle de transition vers le végétal ? ».

Je profite de l’occasion pour vous dire que plusieurs marques nous ont répondu par la positive : oui c’est en projet. J’ai par exemple été bien surprise par le fait qu’Hénaff, commercialisant habituellement pâtés, terrines, saucisses, etc. soit en train de développer un produit végétal ! Preuve qu’il faut oser espérer un changement et agir pour le voir se concrétiser.
D’autres ont pris la peine de faire remonter la demande aux services concernés, on peut espérer qu’avec assez de sollicitations de la part des consommateurs, la question devra tôt ou tard se poser. D’autant plus que les concurrents seront de plus en plus nombreux, il ne faudrait pas louper le coche.

Mais je voudrais surtout répondre brièvement aux critiques qui sont faites à cette initiative.

  • Compositions pas forcément qualitatives ? –> L’initiative n’a pas pour but de rendre les plats préparés, industriels qualitatifs. Il s’agit de les rendre plus disponibles et plus visibles. Clairement il vaut mieux avoir le temps et l’envie de cuisiner à partir de produits frais et de qualité. Mais là n’était pas la question. On souhaite avoir des produits en plus, pas à la place de.
  • Des prix encore trop élevés ? –> Encore une fois on parle de produits industriels donc ce sera toujours plus cher que de cuisiner. Cela dit, oui les produits transformés végétaliens sont chers, en partie parce que les produits animaux transformés sont subventionnés pour être vendus à des prix parfois dérisoires (et on rejoint là le problème des éleveurs travaillant à perte ou presque, mais aussi la survie artificielle d’une filière de moins en moins viable), en partie aussi parce que ce sont des produits nouveaux, rares et disons-le il y a de l’argent à se faire vu le boom qui est peut-être en train de s’amorcer. La bonne nouvelle, c’est que cela va probablement changer, les prix devraient baisser à partir d’un certain niveau de demande. Ce sont souvent les premiers consommateurs qui financent le lancement des nouveaux produits (pensez aux produits high tech, aux voitures Tesla, à la viande artificielle…). Pas de fatalité ici. Et c’est justement en encourageant le développement du marché que les prix baisseront.
  • Le capitalisme comme solution ? –> Le capitalisme est là, qu’on le veuille ou non. Il ne va pas disparaître d’un coup de baguette magique. Et si on attend que les grandes marques disparaissent pour avoir un monde végane, et bien ce serait peu dire que d’affirmer qu’on va attendre looonnngtemps…! Encore une fois, l’initiative n’a pas la prétention de résoudre tous les problèmes du monde. Il s’agit simplement de faire comme on le peut, avec les outils qu’on a, dans le monde réel et donc on joue selon les règles du jeu, qu’on les aime ou non, parce qu’on n’est pas du tout en position de force. Et je n’ai pas du tout le sentiment de me compromettre parce que je demande à Tipiac ou à Ferrero de faire plus de produits végétaux et moins de produits animaux.
  • La fin justifie-t-elle les moyens ? –> Autant je ne pense pas être la dernière pour ce qui est de refuser des campagnes qui seraient sexistes, racistes et j’en passe, autant là, honnêtement, je ne vois pas à qui cela fait du mal. Au pire, ça serait inutile mais pas néfaste. Au mieux c’est une pierre de plus pour faire avancer la cause un peu plus vite.
  • L’étiquette « végane = pour les riches » ? –> point que je trouve tout à fait intéressant. C’est un obstacle que j’ai entendu plusieurs fois : « les produits véganes sont chers », « être végane c’est cher »… Oui ces produits sont chers et j’espère qu’ils le seront moins à l’avenir. Moi-même je n’en achetais pas du tout au début car ça pèse sur le budget, je le prends un peu comme un luxe. J’espère que cette disproportion de prix va vraiment se réduire ! Pour les porte-monnaies mais aussi pour l’image. Je vois les choses ainsi : on n’est pas obligé du tout d’en acheter (pour diverses raisons), mais pour les personnes qui ressentent le besoin de simili (pour faciliter la transition) ou le besoin de produits tous prêts (pas le temps/pas envie de cuisiner), c’est bien que ça existe. Il faut penser à ces personnes-là aussi. En attendant mieux. Ce mieux qui n’arrivera pas si on reste les bras croisés en espérant une solution parfaite qui n’existe pas.

Je maintiens donc l’utilité de cette initiative, mais j’invite sincèrement quiconque ayant d’autres propositions d’actions, qui soient complémentaires, différentes ou mieux pensées à les partager. 🙂

Publicités

4 commentaires

  1. Tellement d’accord avec toi ! Sur tous les points que tu cites. C’est pourquoi je suis allée acheter un pot de glace végétalienne chez Picard 😁 parce qu’il faut qu’on sorte de notre « clandestinité », que l’on soit visible, même dans les rayons des grandes surfaces. D’ailleurs, j’ai vu hier au stand de sushis du supermarché de chez moi, une pancarte disant « Découvrez nos sushis veganes » !!!! Il y ont pensé et ils ont fait une pancarte (une vraie, pas un truc à la va vite) pour communiquer dessus, moi je trouve ça génial 😊

    Aimé par 2 people

    • Héhé, une bonne glace vgl :p Moi qui vis en milieu rural, j’ai toujours moins de produits et ils arrivent dans un délai assez décalé par rapport aux grandes villes alors pour certains trucs, j’avoue que j’ai hâte que ça se développe pour le plaisir de mes papilles, en plus du reste.

      Moi je suis déjà ravie qu’il y ait une prise de conscience par rapport au mouvement antispéciste/animaliste/végane ; que ces mots et leurs significations commencent à être bien connus du grand public et ce serait une folie de ne pas se réjouir de l’intérêt des entreprises !

      Aimé par 1 personne

  2. Je n’arrive même pas à comprendre comment on peut perdre du temps à critiquer cette « initiative », ni même en faire en article alors qu’on parle d’une demi douzaine de personnes qui se sont amusées à envoyer quelques messages à des entreprises. On dirait que leur seul objectif, c’est d’aider les éleveurs à repérer ce qui pourrait les menacer, avant même que ça commence.

    Des fois, les végano-puristes font vraiment tout pour se tirer une balle dans la tête (Non, là, c’est même plus dans le pied.). Et dans la tête des animaux, par la même occasion. Je manque de mots devant l’étendue de… tout ça.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s