Zavatta : maltraitance animale et non-respect des lois

Les Militants Animalistes Sainté ne lâchent rien quand un cirque s’installe dans la ville de St-Priest-en-Jarez, près de St-Etienne (42) et l’ont encore montré avec le cirque Zavatta.

Après avoir manifesté le 3 décembre 2016 devant l’entrée du terrain ou’ étaient installés ILLÉGALEMENT les circassiens, avec leurs camions, installations et animaux captifs, le MAS est revenu à la charge ce samedi 10 décembre 2016 et j’ai pu m’intégrer à ce groupe de militants très actifs.

J’avais participé à l’une de leurs précédentes actions, contre le cirque Pinder cette fois, au mois de mai (je vous racontais ça dans ce billet).

Le cirque Luigi Zavatta s’est donc installé illégalement sur un terrain appartenant à une grande surface de bricolage après s’être vu refuser l’installation légale dans la ville. Le maire a expliqué que les circassiens s’étaient vraiment installés de force, car oui pour arrêter de nombreux camions, ce n’est pas si simple. Une plainte est d’ailleurs en cours de la part du magasin de bricolage, mais en attendant le traitement de cette plainte, le cirque reste et continue à tirer profit de ses représentations.

15384607_1272508686121539_2428140568279919682_oPhotographies : Aurélien Piégay

Le 3 décembre, les militants avaient pu constater l’agressivité des membres du cirque Zavatta : agressivité verbale mais également tentative d’enlever de force un véhicule de militant avec un fenwick oO L’intervention des forces de police a été nécessaire pour éviter que les choses dégénèrent.
Ce cirque est par ailleurs régulièrement à l’origine de violences contre des militants pacifiques, dont l’agression d’une femme enceinte de 8 mois.

Nous étions cette fois-ci une vingtaine d’activistes, armé-e-s de pancartes et de toute notre détermination pour dénoncer les pratiques honteuses d’enfermement et de maltraitance (coups, privations de nourriture…) que subissent les animaux de cirque. Deux militantes ont pu s’approcher des cages et constater tout le désespoir et la maigreur des animaux, avant d’être prises à parti par des circassiens. Je n’ai pas pu voir ces pauvres animaux captifs mais j’ai en revanche constaté l’animosité des membres de L. Zavatta en arrivant devant le cirque : « Qu’est-ce que vous foutez là ? On va vous les casser vos pancartes !! » braillé par une circassienne à mon encontre. Je peux vous dire qu’aucun militant n’est resté esseulé, de crainte de violence physique, sait-on jamais. Heureusement ce n’est pas allé plus loin. La police était quoiqu’il en soit présente et notre manifestation déclarée.

15418359_1272509522788122_5700063062468410375_o

15493556_1272506589455082_5957381619020614052_o

Installés à l’entrée du terrain occupé par le cirque, au niveau d’un rond-point, nos pancartes étaient surtout visibles par les automobilistes. Tout comme lors des dernières actions auxquelles j’ai participé, les réactions étaient variées mais nous avons reçu de nombreux signes de soutien.
À noter que plusieurs personnes nous ont dit être d’accord avec nous sur le fond, mais se sentir tout de même obligées d’aller au cirque pour faire plaisir à leurs enfants.

Je comprends ce sentiment de vouloir contenter son enfant même si l’activité n’est pas à notre goût, de ne pas vouloir « priver » son enfant de quelque chose, d’autant plus si ses copains/copines ont vécu cette expérience (ce qui n’est pas valable que pour le cirque)… mais ne pas mettre de limites à ça est très problématique. En tant que parent, il faut orienter, montrer l’exemple. Être parent ce n’est pas dire oui à tout. Ce n’est pas non plus, selon moi, encourager le conformisme. Transmettre de mauvaises valeurs (la souffrance d’autrui ne compte pas) pour un divertissement de 2h, sérieusement ?

Si ces enfants savaient ce qui se cache derrière ces cirques, voudraient-ils toujours y aller ? Je fais le pari que non. Mais les adultes bien souvent, ne prennent pas le risque de dire la vérité aux enfants. Peut-être parce qu’ils pensent que ce sont des problématiques trop compliquées pour des enfants, ce qui est la plupart du temps faux. Il suffit d’adapter son discours à l’âge. Mais c’est aussi probablement justement parce qu’ils savent que l’enfant aura une réaction de rejet de cette violence infligée aux animaux. Les enfants ne sont pas stupides ni insensibles, il faut leur faire confiance et leur laisser le droit de décider ce genre de choses.

Quand j’ai dit à ma fille de 5 ans que j’allais expliquer aux gens que ce n’est pas bien de garder des animaux enfermés dans des cirques et de leur faire du mal pour les forcer à faire des tours, elle m’a naturellement demandé « mais pourquoi ils leur font du mal ? » tellement elle trouve ça nul et absurde. Ma petite chérie, ça s’appelle la cupidité et l’égoïsme…

Je crois que la communication devrait même se faire en priorité à l’attention des enfants, qui souvent sont trop jeunes pour savoir lire. Donc pancartes avec des dessins adaptés aux enfants, discussions avec adultes ET enfants, discours…?

15400478_10211465113365551_9212117295728344114_n

20161209_214940-1

Le collectif Militants Animalistes Sainté sera de nouveau présent pour le dernier jour de présence du cirque Zavatta à St-Priest-en-Jarez le 18 décembre après-midi.


Carte des communes banissant les cirques avec animaux

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s