Projet de naissance

Je suis en pleine écriture de mon projet de naissance.

Un projet de naissance, c’est quoi ?

En gros, c’est le fait de communiquer (la plupart du temps par écrit) aux professionnels de santé qui vont accompagner la naissance quelles sont vos préférences dans la prise en charge de l’accouchement et des jours qui suivent.
Cela peut donc concerner le début du travail, la place du papa (ou de l’accompagnant-e) pendant l’accouchement, les actes médicaux non-nécessaires, les soins au bébé, etc.
Il ne faut pas craindre d’exprimer des desiderata, de faire des demandes. Si on ne demande rien, on n’a rien, c’est bien connu. D’autre part, je crois que cela est de mieux en mieux accepté pour peu qu’on le fasse de façon respectueuse et raisonnée.

580676_228281083982331_2055097084_n

 

© Fanny Meyer de BB en route

Dans la continuité d’un de mes billets précédents « 6 astuces pour un accouchement respectueux », je vais partager avec vous les éléments principaux de mon projet de naissance, histoire d’échanger nos idées. 🙂

Quel sera le projet de naissance pour mon second bébé ?

Pour la naissance de ma fille, nous en avions déjà préparé un et il a été bien respecté.
Pour ce second enfant, le projet aura la même base mais sera complété (expérience oblige). De plus, l’accouchement est prévu dans une maternité différente (changement de département oblige).
Pour en avoir discuté avec ma sage-femme qui a l’habitude de ce qui se fait ou pas dans la maternité en question, je sais d’avance que certaines demandes seront satisfaites mais d’autres non (ou alors pas avec le sourire). Dommage mais je m’y attendais. Je ferai donc au mieux compte tenu de la situation.

Voici quelques demandes de notre part :

LE TRAVAIL

  • Pas de déclenchement artificiel de l’accouchement (par décollement de membranes, injection d’ocytocine ou autre) – La plupart du temps c’est fait sans réelle nécessité, pour accélérer les choses ou planifier l’accouchement sur une date. Il faut savoir notamment que cela peut rendre les contractions plus douloureuses.
  • Respect de l’intimité et du consentement lors d’éventuels examens (touchers vaginaux, etc.) – Oui, on va éviter le défilé de cinquante personnes et encore plus le fait de me toucher sans me prévenir ou me demander mon avis, merci.
  • Mobilité pendant le travail (au moins le début) – Pouvoir se mouvoir, être libre de ses mouvements, ne pas être entravée : c’est plus confortable, cela peut grandement réduire la douleur mais aussi accélérer le travail. Concrètement cela veut dire pouvoir marcher, utiliser un ballon, prendre un bain, être massée, etc. Ne pas être clouée à un lit avec une perfusion pendant des heures !

LA NAISSANCE

  • Liberté de position pendant le travail – De la même manière, il est très utile de pouvoir bouger et éventuellement changer de position pour avoir moins mal et aider le bébé à descendre (phase d’expulsion). 
  • Éviter de pratiquer une épisiotomie ou toute autre intervention (forceps, ventouse…) s’il n’y a pas de stricte nécessité. – (Le fait de pouvoir changer de position peut justement éviter de tels actes). Et surtout pas de pression sur le ventre : c’est inutile et douloureux (presque plus du tout pratiqué heureusement).
  • Lumière tamisée en salle de naissance – C’est en quelque sorte un détail, mais autant le demander. Vivons cette expérience si particulière dans les meilleures conditions possibles pour tous.
  • Présence du papa à mes côtés, même si l’accouchement se fait par césarienne – C’est ce qu’il s’est passé pour mon premier bébé : césarienne programmée, le papa a pu entrer quelques minutes au bloc, pile au moment de la naissance. C’est lui qui me l’a montrée et il est reparti avec elle et la sage-femme pour les premiers soins dans une autre salle. Mais dans cette autre maternité, s’il y a césarienne le papa devra attendre dehors 😦 Dommage de ne pas avoir cette présence, ce soutien, en un moment si important. Dommage pour le père de louper la naissance et de ne pas pouvoir partager cette expérience. D’un autre côté je comprends qu’une césarienne est une intervention chirurgicale et que les risques sont plus grands… (Et j’espère faire un accouchement par voie basse de toutes façons).
  • Peau à peau dès la naissance ; avec le papa si césarienne – Dans la même idée : garder le contact physique avec le bébé, inclure le papa autant que possible… Le reste peu attendre, s’il n’y a pas de raison médicale.

LA DÉLIVRANCE

  • Cordon coupé/clampé quand le placenta a fini de battre ou du moins après quelques minutes – Si c’est possible, j’aimerais qu’on ne se jette pas sur le cordon ombilical pour le couper ; cela pour laisser le temps au sang (et donc entre autres à l’oxygène) contenu dans le placenta d’aller entièrement dans le corps de bébé. La transition n’en sera que plus douce pour lui.
  • Cordon coupé/raccourci par papa – Un beau symbole auquel tient le papa. En général c’est le personnel médical qui coupe le cordon qui relie le bébé au placenta, puis le papa raccourcit définitivement le cordon en sectionnant à l’endroit qu’on lui indique.

APRÈS LA NAISSANCE

  • Lit cododo accolé au lit de maman – Malheureusement pas dispo dans ma maternité 😦 Et là pour moi, c’est un vrai souci. Je l’ai constaté pour ma fille (alors que je n’avais même pas réfléchi à ça à l’époque) : un bébé qui vient de naître n’aime pas être tout seul dans un lit. Pour que bébé et maman soient au mieux, le mieux physiologiquement c’est d’être proches, tout en conservant de bonnes conditions de sécurité bien sûr ! Les lits cododo sont top pour ça. C’est tellement mieux que d’être sans cesse réveillée par bébé, de devoir le prendre et le reposer 15 fois par nuit (encore plus difficile en cas de césarienne) ou que de dormir d’un seul œil en gardant bébé endormi sur le ventre de maman ! Ainsi tout le monde dort mieux, est apaisé et l’allaitement à la demande est favorisé.
  • 1ère tétée dès que possible – C’est-à-dire dès la naissance, si bébé en a la force, qu’il cherche le sein, hop un premier petit repas de colostrum. C’est le mieux pour lui et c’est aussi ce qu’il faut pour encourager tout de suite une bonne lactation. Si bébé s’endort dès la naissance, il faudra lui proposer dès son réveil.
  • Pas de complément PCN (préparation commerciale pour nourrisson), ni de tétine en tout cas ! – Quoi qu’il arrive (à part problème physiologique très rare), le « lait artificiel » n’est pas la réponse à un souci d’allaitement ou de prise de poids. Le lait maternel est assez bon, en quantité suffisante. Vos seins ne seront ni trop petits, ni trop gros, ni trop plats ou je ne sais quelle autre absurdité. S’il y a un souci, vérifiez la bonne position de bébé, son frein de langue qui peut parfois être un peu court, etc. Consultez quelqu’un de qualifié (spécialiste en lactation IBCLC) si les infos que vous avez déjà ne suffisent pas. Évitez le biberon (même de lait maternel) et la tétine les premières semaines car cela peut perturber l’allaitement au sein (pas la même manière de téter au sein et à la tétine). Le lait peut en cas de besoin être donné avec une pipette ou un verre, selon l’âge de bébé.
  • Que le bain de bébé soit donné le soir au lieu du matin – Pour que bébé, fatigué après le bain, dorme surtout la nuit plutôt que le jour, qu’il prenne un bon rythme et que je puisse me reposer un peu… mais on m’a déjà dit que cette demande était rejetée : moins pratique pour les sage-femmes de cette maternité parait-il… hum…
  • Ne mettre que les couches écologiques de notre choix pour bébé – Après l’essuyage et les premières observations sur la santé et la vivacité du bébé, de suite après la naissance, les sage-femmes vont lui mettre sa première couche et sa première tenue, selon ce qu’on leur fournit, normalement. Nous avions fait le choix d’apporter des couches écologiques jetables (marque Wiona) pour notre fille, ce sera pareil pour ce deuxième enfant, puisque nous avons été entièrement satisfaits et avons gardé cette marque jusqu’à propreté complète de Miss Tomate.
  • Repas végétaliens pour moi – Je sens que les repas ne vont pas être folichons, mais bon ce n’est que pour 2 ou 3 jours.

Notre projet de naissance n’a pas encore été remis, il est donc susceptible d’évoluer si c’est ce qu’on juge nécessaire. 🙂

Qu’est-ce qui vous parait le plus important pour un accouchement dans les meilleures conditions possibles ?
Des expériences d’Accouchement Assisté à Domicile ou en Maison de naissance ?

Publicités

13 commentaires

  1. Effectivement, après un 1er accouchement, on est mieux armé pour faire un projet de naissance. La sage-femme m’avait dit qu’il faudrait prévoir de quoi équilibrer un peu les repas parce que la maternité ne pourra pas fournir de plats végétaliens mais j’ai eu la bonne surprise qu’on me propose l’intervention d’une diététicienne qui a pu voir avec le prestataire pour faire des plateaux repas le plus végétaliens possible !
    Je te souhaite une bonne fin de grossesse, que l’accouchement se passe au mieux, ça sera, de toute façon, magique 🙂

    J'aime

  2. Chouette ! Pour le cododo, lit accolé, c’était un de mes désirs aussi, écrit dans mon projet de naissance, et pas possible car pas d’équipement prévu.
    En contrepartie, j’ai obtenu de dormir avec mon bébé toute la nuit, sous réserve de barreaux installés etc.

    J'aime

  3. Quand j’ai accouché ce sont les puéricultrices qui m’ont d’emblée proposé de dormir avec Zozio en me montrant comment l’installer de façon sûre, ça ne m’était même pas venu à l’idée (!). J’ai d’autant plus apprécié que les 2-3 premiers jours, j’étais incapable de le soulever.

    C’est marrant pour le cordon, mon homme ne voulait surtout pas le couper, pour lui il s’agit de séparer bébé et maman et il ne veut absolument pas jouer ce rôle. Apparemment c’est une représentation assez rare.

    Sur tout le reste je te rejoins, par contre j’hésite un peu à tout formaliser à l’écrit ; je verrai déjà quand j’irai pour la première fois à l’endroit où je compte accoucher…

    J'aime

  4. Merci de partager votre projet de naissance avec nous. Nous n’en avons pas fait pour notre premier et je le regrette. Quand Bébé 2 se décidera, c’est sûr, on en fera un, et il sera très proche du votre. Après un déclenchement pas vraiment nécessaire et un début d’allaitement chaotique, or de question de refaire les mêmes erreurs 😊
    Par contre, j’avoue que j hésite encore sur le fait de revendiquer mon végétalisme à la maternité… Je pense dans tous les cas me faire ravitailler par mon mari et demander une sortie précoce. Mais bon, c’est encore hypothétique pour nous tout ça ^_^

    J'aime

    • Je crois que le projet de naissance permet de réfléchir à ce qu’on veut vraiment et de le communiquer. Comme ça pas de regret après (normalement). Il y a tellement de pratiques différentes et d’avis contradictoires sur un tas de sujets…

      Je vous souhaite que ça se passe au mieux si Bébé 2 arrive. 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s