Tokyo végé

Meiji-jingu_wedding_procession_-_P1000847

Me voilà de retour d’un séjour-éclair au Japon, à Tokyo précisément, où j’ai eu la chance et l’honneur d’assister au mariage traditionnel shinto d’une amie japonaise.

Je suis restée au Japon 3 jours et en plus d’être enchantée par la perspective de fouler à nouveau ce pays que j’adore, j’avais cette fois dans l’idée de vous raconter un peu ma petite expérience là-bas en tant que végane.
La nourriture donc, mais pas que. Les relations sociales aussi.


Dans les airs

Vendredi 19, je m’envolais donc pour l’aéroport de Tokyo Narita sur Swiss Air, avec escale à Zurich. J’avais demandé que le repas soit « végétarien, sans produits laitiers » (c’est un des choix de menus spéciaux disponibles lorsqu’on prend son billet d’avion.).

J’ai eu droit, en plus des boissons et autres apéritifs type crackers et cacahuètes, à un menu effectivement végétalien (j’avais peur qu’on me serve de l’oeuf mais non) comprenant un « couscous » avec courgettes, champignons et haricots, une petite salade verte avec une bonne petite sauce, et une coupe de morceaux de fruits divers.

DSC01236Mon portable et la qualité des photos… hum hum

Malheureusement, le petit déjeuner qui a suivi n’était que végétarien : quiche aux épinards avec haricot sec à la sauce tomate, yaourt au lait de vache, jus de fruit, pain avec confiture et beurre.

Pour mon retour, le mardi 23, je volais sur Austrian Airlines, avec escale à Vienne. Là, tous les repas et collations étaient végétaliens. J’ai donc eu notamment :
– des pâtes avec sauce tomates aux lentilles et épinards. + Des nouilles soba froides, avec sauce soja, algues nori et wasabi + Des fruits frais.
– du tofu grillé, des petits légumes (courgettes, champignons, ) et du riz. Avec sauce soja. + Des fruits frais.

Ma première journée

Je devais retrouver mon amie japonaise à la gare Nippori au coeur de Tokyo, mais dans le labyrinthe des réseaux de transports en commun, nous ne nous sommes pas trouvées. Nous nous sommes finalement retrouvées plus tard à l’hôtel où je devais séjourner. Mais en attendant, je suis partie explorer un peu le quartier de Kagurazaka qui regorge de petites boutiques et de restaurants, ainsi que le sanctuaire Yasukuni Jinja, controversé pour sa glorification des guerres nationalistes.

DSC01257

Je me suis décidée à entrer dans un petit resto typique servant différents plats de nouilles, dans la zone de Kagurazaka. J’ai opté pour un petit bol de poteto salada (potato salad) et un gros bol de nouilles ramen avec des légumes et des pousses de haricot mungo.

Le poteto salada ポテトサラダ est une sorte de purée de pommes de terre mélangée à de la mayonnaise, avec des petits morceaux de carottes et de pommes de terre. Ce plat se mange froid et c’est donc un plat végétarien et pas végétalien (je note pour mes prochains séjours).
Pour le plat de ramen, ces nouilles de blé d’origine chinoise, le cuisinier a simplement préparé la recette sans rajouter de porc, par rapport à ce qui était prévu sur la carte. Les nouilles étaient dans un bon bouillon, avec des carottes, du chou, des champignons enoki, une autre sorte de champignons dont je ne connais pas le nom et des pousses de haricot mungo (une sorte de soja si j’ai bien compris).

On ne se rend sans doute pas compte sur la photo mais les bols de nouilles sont vraiment copieux, je trouve. J’ai toujours du mal à les finir !

DSC01246

Itadakimasu ! ^_^)

D’une manière générale, j’ai été très bien accueillie partout et malgré mes doutes, j’ai bien vu que personne n’était plus étonné que ça quand je disais que j’étais ベジタリアン bejitarian (végétarienne) ou ビ-ガン bi-gan (végane). Ces deux mots étaient donc tout à fait connu (j’avais plus ou moins lu le contraire sur des forums, mais les choses peuvent vite changer aussi… bref). Je n’ai pas non plus ressenti de gêne ou d’hostilité quand je demandais s’il était possible d’avoir des plats sans produits animaux, contrairement à mon expérience en France.

À noter que pour ce genre de menu typique, vous devrez débourser dans les 600 yens, soit environ… 4,50 € ! Et à ce prix là, le thé vert est offert et le service est toujours plus qu’impeccable. 🙂

DSC01247

La devanture du restaurant en question, avec les fameux plats en résine dans la vitrine.

Pour le repas du soir, mon amie m’a emmenée dans un autre petit resto situé dans la zone du centre commercial du Tokyo Dome. J’y ai commandé des tempura de légumes, c’est-à-dire des beignets de légumes, ainsi qu’un bon bol de nouilles udon froides accompagnés de radis blanc rapé (daikon oroshi) et d’oignons émincés. Les udon sont des nouilles de blé très épaisses.
Malheureusement mon portable a rendu l’âme peu avant donc pas de photo. :/
Mais voici des images empruntées sur le Net pour vous faire une idée :

Tempora_l__gumes_4f19804ec4f25

Tempura de légumes

udon

Nouilles udon avec daikon oroshi

 

Le défilé culinaire au mariage

Le dimanche était donc la journée consacrée au mariage de mon amie. Mariage qui commençait en fin de matinée dans un sanctuaire shinto : le Tokyo Daijingu et qui devait se poursuivre par un repas dans la salle de réception appartenant au sanctuaire, puis dans un restaurant français pas loin.

Après une cérémonie shinto du plus bel effet et l’émotion d’assister au mariage de mon amie dans son kimono blanc traditionnel, j’ai eu la chance de goûter à 10 plats, oui j’ai bien dit 10 plats japonais végétaliens (pour moi uniquement) présentés d’une manière absolument magnifique.
En boisson ce fut thé vert, champagne puis café.

chisato

Photo prise par une autre convive… mais qu’est-ce que je regrette de n’avoir pas pu immortaliser ce qui défilait sous mes yeux. Ca me faisait presque peine de manger ça ! Cette photo est sans grand intérêt en comparaison…

J’ai goûté pêle-mêle : des nouilles et légumes divers, différents champignons, des algues, du tofu, du yuba (aka peau de tofu), des lamelles de konnyaku (dérivé de la plante appelée konjac), du gingembre…
J’ai eu des fruits en dessert, et on m’a proposé une petite part du wedding cake : un fraisier, donc végétarien. (J’aurais décidément fait des entorses à mon régime végétalien.)

Nous avons ensuite passé  l’après-midi dans le resto français Maison de la Bourgogne, où nous attendait un buffet… pas du tout végé :p
Comment dire, c’était la France dans toute sa splendeur avec de la charcuterie ou… de la charcuterie. Ce que je comprends tout à fait (dans une optique omni), il faut reconnaître que c’est bon et représentatif de la gastronomie française.
J’ai pioché dans la salade verte aux crudités et après avoir demandé s’il n’y avait pas par hasard quelque chose de végétalien en stock, les restaurateurs m’ont gentiment apporté une assiette avec des pickles de poivron, racine de lotus, cornichons, etc. pour accompagner mon verre de vin (J’avoue que je n’avais plus vraiment faim de toutes manières.).

 

Après tout cela, certains invités sont partis, mais d’autres (dont moi) sont restés pour terminer la soirée dans un izakaya, sorte de bar à la japonaise où l’on se déchausse pour s’asseoir par terre sur des coussins (je pense que vous avez l’image en tête) et où l’alcool a coulé à volonté pour 3000 ¥ (une vingtaine d’euros) par personnes, avec quelques petits « amuse-gueules » à disposition.
Je pense que la moitié des plats proposés (à disposition dans de petits bols au milieu de chaque table) étaient végé, ce qui est déjà beaucoup. Côté alcool, il y avait de la bière, du sake et de l’alcool de prune (beaucoup plus doux). Je ne saurais dire si certains alcools ne sont pas végétaliens (comme c’est le cas pour certains vins). Et puis moi je suis vite passée à l’eau ^^;

 

Puisqu’il faut bien revenir en France…

J’ai rapporté des mochi et des daifuku car j’aime beaucoup leurs différents parfums, leur texture moelleuse et le fait que ces friandises à base de riz ne soient pas trop sucrées. J’ai choisi les parfums pomme, sésame et thé vert. Mais mon parfum préféré reste le chocolat (on ne se refait pas !).

10M_Chocolat8

Recette ici

 

Avant de repartir à l’aéroport, j’ai pris vite fait un sandwich au Subway, une chaîne internationalement connue qui propose des sandwich végétariens ou végétaliens personnalisables. Là j’ai opté pour le Avocado Veggie, une base de crème d’avocat avec des crudités au choix que j’ai accompagnés d’un pesto, le tout dans un pain au sésame. Ma foi, c’était bien bon (mais le pain ne vaut pas un pain français, il faut l’admettre !).


 

La gastronomie japonaise compte de nombreux ingrédients végétaux que l’on peut associer pour faire de succulents plats traditionnels ou originaux.

Si vous souhaitez vous mettre à la cuisine japonaise, vous pouvez trouver plein de recettes japonaises végétaliennes en vidéo ou sous formes d’articles de blog sur le Net.
Voici quelques recettes vidéo qui vous mettront sans doute l’eau à la bouche.

Et quelques liens :

Cuisine en Bandoulière – Légumes à la japonaise

VeganWiz – Dîner japonais

VeganWiz – Kuzu mochi

 

Bon, c’est pas tout ça, mais je vais faire un tour à l’épicerie asiatique la plus proche moi !

Ja ne ! (À bientôt !)

Publicités

10 commentaires

  1. Juste quelques précisions :
    – les ramens sont préparées dans un bouillon de porc, de poulet ou de poisson.
    – Dans la pâte de friture des tenpura il y a de l’oeuf.
    – la pâte de daikon s’appelle « oroshi » (et non otoshi :))

    Joli article en tout cas. Le Japon peut passer pour un pays où l’ont peut manger sans viande/oeuf/produits laitiers facilement mais il y a toujours des pièges comme de la viande dans un plat d’aubergines au miso (mangé hier soir), de l’oeuf caché ou des bouillons à base de viande.

    J'aime

    • Merci pour les précisions.

      « Oroshi » oui, c’est une faute de frappe. Je vais la réparer.
      Pour les tempura je pensais vraiment que c’était ok, puisque j’avais précisé à mon amie que je ne mangeais pas d’oeuf. Et puis j’ai l’habitude d’acheter de la poudre pour faire des tempura dans les magasins asiatiques et il n’y a pas d’oeufs dans les ingrédients…

      J'aime

  2. Coucou. Trop chouette ton séjour. Je me demandais aussi pour les tempuras, J’évite d’habitude au resto mais je demanderai du coup s’il y en a de vegans, on sait jamais. Ça donne faim en tous cas, j’ai rien mangé ce soir.
    T’as pas croisé un certain Fushichô là-bas qui devait encore y être ? Bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s