La Marche pour la fermeture des abattoirs : pourquoi ? comment ?

Après la Marche de Toulouse, c’est celle de Paris (entre autres) qui aura lieu ce week-end.

Voici un résumé de l’événement avec des infos pratiques et une FAQ concernant les interrogations sur la nécessité ou la légitimité de l’action. Tout ça écrit par Personne (merci à lui) !

1896990_212238982305490_987195092_n

Marches Pour La Fermeture des Abattoirs en France :

– samedi 7 juin à Toulouse : https://www.facebook.com/events/1482724821946793/?fref=ts
– samedi 14 juin à Paris :
https://www.facebook.com/events/472173016242673/?fref=ts

Ailleurs dans le Monde :

MARCHE DU 14 JUIN 2014 À MONTRÉAL (Canada)

Rendez-vous à 13h, Carré St-Louis Square

Tous les informations sont sur le site dédié à la marche de Montréal.

Événement facebook associé à la marche pour la fermeture des abattoirs 2014 de Montréal

MARCHE DU 12 JUILLET À BERNE (Suisse)

————————————————————-
https://www.facebook.com/events/472173016242673/?fref=ts
http://fermons-les-abattoirs.org/paris

Marche du 14 juin 2014 à Paris

Rendez-vous à 13h30 place de la République (métro République et Temple).

De 13h30 à 19h30, la Vegan Place se tiendra place de la République, plus d’info bientôt…

Des cars sont organisés par l’association L214 pour rejoindre l’événement :
– Car en provenance de Lyon, Macon, Chalon, Beaune, Auxerre.
http://boutique.l214.com/articles/billets-car/AR-Lyon-Paris
– Car en provenance de Rennes, Laval Le Mans.
http://boutique.l214.com/arti…/billets-car/AR-Rennes-Paris
– Car en provenance de Bruxelles, Tournai, Arras.
http://boutique.l214.com/…/billets-car/AR-Bruxelles-Paris

———————————————————–

Des liens pour y réfléchir, en parler et en débattre :

http://www.meat-abolition.org/fr/faq
http://abolir-la-viande.org/raisons/
http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article363
http://abolitionblog.blogspot.fr/2007/09/labolition-comme-solution-la-plus.html
http://abolitionblog.blogspot.fr/2005/08/quand-labolition-de-lesclavage.html
http://insolente0veggie.over-blog.com/article-pour-l-abolition-de-l-esclavage-pour-l-abolition-du-veganisme-118279044.html

———————————————————–

Les réponses personnelles de Personne aux critiques qui peuvent être posées :

****- « Ca ne sert à rien. »****
Ca sert à se rendre visible et faire parler de la renvendication auprès des médias. Plus il y a de monde, plus les médias sont attirés, plus les spectateurs sont intrigués, plus ça fait parler. Et si on parle de la revendication de l’Abolition de la Viande/la Fermeture des Abattoirs, on commence à y réfléchir, à imaginer des scénarios pour l’envisager, à la rendre crédible auprès de tous ceux qui en entendent parler. Si on n’en parle jamais, ça reste un scénario inimaginable.
Ca pose un projet concret, qui rend crédible tout ce qui tourne autour du développement du végétarisme.

****- « C’est impossible. »****
C’est impossible tant qu’on n’en parle pas, tant que la majorité ne l’a pas envisagé, et tant que les seuls à pouvoir y croire se disent « C’est impossible. ». Mais plus on admet que c’est possible, plus on parle, plus on l’envisage, plus on y pense, plus les choses avancent dans le bon sens… Pour que ça soit possible, il est nécessaire de commencer par se dire que c’est possible. (Et l’Histoire comporte une quantité monstrueuse d’événements impossibles.)

****- « C’est dictatorial. »****
Rien dans la revendication de l’abolition de la viande n’est dictatorial. La revendication de l’abolition de la viande ne demande pas de provoquer un coup d’état, d’instaurer une dictature, ni même de faire voter des lois par la force… La revendication de l’abolition de la viande demande à ce que le projet soit envisagé et débattu par la société entière. Si un tel projet était mis en oeuvre, si des lois allant de le sens de l’abolition étaient votées, ce serait bien sûr au terme d’un processus démocratique, avec l’appui de la majorité de la société, au terme d’une prise de conscience générale sur la question éthique, de sorte que la loi (ou l’ensemble des lois) ne serait une oppression pour personne, elle serait simplement la satisfaction de la demande générale de la société. (Ca ne sert à rien de voter une loi si elle provoque aussitôt une révolution qui entraîne son abolition.)
Elle serait votée comme n’importe quelle loi, réduirait les libertés de quelques-uns, comme n’importe quelle loi, pour satisfaire les droits des victimes (ici les animaux d’élevage ou chassés, péchés), comme n’importe quelle loi.
Les premières loi contre la maltraitance animale ne datent que du milieu du 19ème siècle. A l’époque, elles avaient aussi leurs contradicteurs et paraissaient absurdes à beaucoup de monde. Elles ont restreint les droits de beaucoup d’humains. Pourtant aujourd’hui, personne ne proposerait de faire disparaître ces lois, parce que tout le monde a conscience qu’elles garantissent un minimum quelques droits de certains animaux non humains. Parce que notre conscience morale sur le sujet a évolué.
Faire voter une loi n’a rien de dictatorial.

****- « Ce semble absurde et dangereux. Comment ça se passerait ? »****
Comment ça se passerait, je n’en sais rien. Ca serait probablement progressif, pays par pays. Il y aurait probablement des restrictions, des exceptions, des aménagements particuliers. Ca impliquerait que la société entière prenne le projet à bras le corps et organise la transition sur plusieurs années, et travaille notamment à reconvertir les travailleurs qui dépendent du secteur de l’industrie de la viande.
Tous les pays n’aboliraient probablement pas la viande, pas ceux dont la survie en dépend actuellement (s’il y en a… Je ne sais pas lesquels.), pas sans une aide internationale parfaitement structurée. Mais rien n’est parfait, même les Droits de l’Homme ne sont pas respectés dans le monde entier. Ca n’empêche que l’existence des Droits de l’Homme est justifiée.

****- « Ca se produira quand ? »****
Je n’en sais rien. C’est la société qui le décidera, quand tout le monde prendra le projet au sérieux. Parce qu’on en aura suffisamment parlé. Dans dix ans ? Dans 50 ans ? Dans 100 ans ? Je ne sais pas. Mais il faut en parler.

****- « Si on abolissait la viande en France, ça n’empêcherait pas les français.e.s d’en consommer. »****
Je ne sais pas. Ca dépendrait des lois mises en place. Si on ferme seulement les abattoirs ou si on interdit aussi l’importation. Certains produits sont interdits de vente et/ou d’utilisation et/ou de possession en France. D’autres sont seulement interdits de production. Mais dans tous les cas, la demande d’abolition et même simplement la demande de fermeture des abattoirs reste un projet utile et solide.
De la même manière, on peut revendiquer en France l’abolition de la corrida, l’interdiction des cirques avec animaux, la fermeture des delphinariums, l’abolition du foie gras, et même beaucoup d’autres interdictions concernant les droits de l’Homme… mais on sait bien qu’il est toujours possible à un.e français.e d’importer les produits illégaux ou d’aller voyager à l’étranger pour transgresser ces interdictions. Ca n’empêche que ces abolitions, ces interdictions, on les souhaite et on les défend en France, parce qu’on sait qu’elles sont justes et utiles.

****- « Je suis végane, pas ovo-lacto-végétarien.ne. Abolir la viande, ça ne m’intéresse pas. C’est abolir l’exploitation animale que je veux. »****
La réflexion vaut pour les manifestations contre l’expérimentation animale, les manifestations contre la corrida, les manifestations contre les zoos, les manifestations contre les cirques avec animaux, les manifestations contre la fourrure ou le cuir, etc. A moins d’être un.e végane militant.e qui ne participe qu’aux « manifestations complètes » qui revendiquent une fois pour toute l’abolition de tous les types d’exploitation animale, sans se focaliser sur un seul d’entre eux, alors il n’y a pas de raison de plus participer à ces manifs qu’à la Marche pour la Fermeture des Abattoirs.

De plus, toute l’exploitation animale repose sur l’industrie de la viande. 99% des animaux exploités finissent en viande. L’un des arguments qui déculpabilise les participant.e.s aux autres types d’exploitation, c’est simplement de se dire « Au moins on les mange. » ou « En comparaison de tous les animaux tués pour la viande, et ce qu’ils subissent dans les abattoirs, c’est vraiment rien… ». Sans abattoirs, la production de lait et d’oeufs n’est plus possible. Sans carnisme, 99% des raisonnements de justification du spécisme disparaissent. Le carnisme est le plus solide des aspects du spécisme et c’est sur lui que tout repose.
Même si ça n’empêche bien sûr pas de lutter au cas par cas contre les autres aspects du spécisme, plus faciles à attaquer, pour déjà affaiblir la mentalité spéciste de la société. Et les utiliser pour faire parler du véganisme.

****- « Même des végétarien.ne.s et des carnistes peuvent y participer, c’est hypocrite. »****
Des carnistes ne peuvent pas y participer. Le carnisme est la mentalité qui défend la viande. Quelqu’un qui défend l’abolition de la viande ne peut pas être carniste (même s’iel peut encore avoir le sentiment d’être contraint.e d’en manger dans certaines conditions, justement parce qu’iel pense que la société n’a pas encore assez évolué pour lui permettre d’être végétarien.ne).
Même chose pour un.e ovo-lacto-végétarien.ne. S’iel défend l’abolition des abattoirs, iel défend de fait la fin de l’exploitation animale. Iel ne s’oppose pas à l’idée d’abandonner lait et oeufs, iel ne sait simplement pas comment s’y prendre en pratique.
(En pratique, iels seront bien rares, s’il y en a même un.e seul.e, des mangeurs.ses d’animaux occasionel.le.s, à participer à cette marche. Parce qu’iels sont tou.te.s conscient.e.s de l’immense contradiction qu’iels doivent vivre entre la revendication et leur comportement. Revendiquer l’abolition de la viande et manger encore de la viande, c’est se condamner au végétarisme à très courte échéance… Mentalement, on ne peut pas tenir.)

Quoi qu’il en soit la revendication ne porte pas sur le comportement individuel de chacun.e, mais sur une évolution de la société dans sa globalité pour porter le projet d’abolition de la viande. (Il serait totalement possible par exemple d’envisager l’abolition de la viande quasi immédiatement en ayant 5% de végétarien.ne.s et 95% de consommateurs.rices pro-abolition qui mangeraient 50 grammes de viande par mois.) L’important est de porter cette revendication à un niveau politique.

****- « La revendication de l’abolition de la viande est en opposition avec l’éducation au véganisme. »****
Non. Cette revendication ne menace absolument pas le développement du véganisme, elle ne remet pas en cause les autres stratégies d’affaiblissement du spécisme et du carnisme de la société.

Au niveau du public, il n’est pas rare que les non-véganes fassent une distinction entre les « gentil.le.s » végés ou véganes avec qui iels s’entendent bien, et dont iels n’ont pas l’impression qu’iels leur imposent quoi que ce soit, et les autres « extrémistes pour l’abolition de la viande ». Deux images distinctes sont dégagées, justement parce que le véganisme n’est pas automatiquement perçu comme une revendication d’abolition. Parce qu’il est plus simple, d’un point de vue psychologique, de choisir de le percevoir comme un choix personnel.

Mais l’affaiblissement du carnisme par le développement du végétarisme et du véganisme participe à faire accepter le projet d’abolition de la viande. Tout comme la réflexion sur le projet d’abolition de la viande participe à affaiblir l’industrie de la viande, la spécisme, et faciliter l’accès au véganisme, parce que remettre en cause la viande, c’est commencer à envisager le projet pour soi-même et donc commencer à faire évoluer son comportement de consommateur.

Les deux stratégies sont donc parfaitement complémentaires entre elles. (Et complémentaires avec beaucoup d’autres stratégies aussi.)

Marche pour la fermeture des abattoirs

Merci à Personne pour ces explications très intéressants, parce qu’il est important que tout soit clair et que les doutes éventuels soient dissipés.

L’excellent blog de Personne : Pangolin, Caribou, Koala

Advertisements

12 commentaires

  1. A propos du travail si on arrêté l’exploitation animale, dans mon entourage, cet argument revient curieusement souvent, plus que sur la santé, comme si c’était ancré dans l’inconscient collectif. On ne mange plus pour vivre, on vit pour manger. On ne travail plus parce que c’est nécessaire, on vit pour travailler ? Des solutions existent. Un article que je trouve intéressant sur le salaire à vie : http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/L%27enjeu_du_salaire
    Il va plus loin que le revenu de base, on pourrait aussi mettre en place un système basé sur la répartition des ressources. Cela peut sembler inimaginable, mais autant que l’est pour certains la fermeture des abattoirs, en fait.

    En tout cas, merci pour votre article. Remarques pertinentes.

    J'aime

    • Merci pour ce lien que je vais consulter tout de suite.

      L’argument économique ne tient de toutes façons pas la route, puisqu’il est toujours possible de s’orienter vers d’autres métiers (les producteurs de viande ne sont pas ceux qui s’en sortent le mieux financièrement dans l’agro-alimentaire d’ailleurs, bien au contraire !).
      De plus le progrès ne devrait pas être empêché par ce genre de considération. Sinon nous serions encore en train de chercher du charbon dans des mines parce que si on ferme des mines, les mineurs perdent leur boulot (désolé du cliché mais vous voyez l’idée). Les solutions économiques suivront, cela ne fait aucun doute. D’ailleurs, les industriels s’intéressent de plus en plus au marché végane.

      Bien sûr les choses ne se font pas en un jour, et les professionnels doivent être accompagnés. Nous sommes encore loin du but, mais cela deviendra de plus en plus facilement imaginable si la société continue d’évoluer vers plus d’éthique, de respect des animaux et d’écologie.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s