Demain les oiseaux

Suite à une suggestion d’une lectrice du blog (merci Fessefouillie) sur mon billet intitulé Les Nuisibles, je me suis procuré le manga one shot d’Osamu Tezuka : Demain les oiseaux.

Synopsis :

Les oiseaux développent un haut niveau d’intelligence et de conscience grâce à l’ingestion d’une poudre mystérieuse.
Ils se vengent des humains en les amenant au bord de l’extinction et en les faisant régresser petit à petit à l’âge de pierre.
Ils prennent le statut de dominants sur Terre et développent des systèmes politiques et culturels, non sans adopter les mêmes travers et faire les mêmes erreurs que les humains avant eux.

DEMAIN LES OISEAUX - JAQ.indd
Le manga se découpe en plusieurs chapitres développant chacun des périodes et des thèmes distincts.
Chaque chapitre expose par de petites histoires indépendantes le parallèle entre l’histoire des humains et celle des oiseaux.

En voici quelques exemples :

Chapitre 7 : En Rhodésie
En Afrique du Sud, en période d’Apartheid, les oiseaux attaquent les Blancs, avec l’aide des Noirs. L’oiseau qui commande les opérations appartenait à un Blanc très raciste et ne souhaite pas s’en prendre aux Noirs.
Mais en voyant qu’un Noir profite du désespoir d’une Blanche venue se réfugier dans un Bantoustan et tente de la violer en échange de sa protection, l’oiseau met également le feu aux quartiers Noirs et condamne ainsi toute l’humanité.
(p 81)

DSC_1031

Cliquer sur l’image pour la voir en grand.
Pour rappel, les manga se lisent de droite à gauche (à l’inverse des BD occidentales).

Chapitre 10 : La Butte aux Cailles
La domination des oiseaux est à présent bien établie mais il existe des tensions entre les oiseaux carnivores et les oiseaux insectivores malgré la volonté officielle de cohabiter en paix.
Un insectivore pacifiste finit cependant par accepter de faire participer ses esclaves humains à un combat à mort contre les combattants d’un oiseau carnivore perfide qui organise ce duel. Cependant, les humains des 2 clans s’entendent en secret pour se rebeller le jour J. Mais après avoir éliminé (et mangé) les carnivores, ils sont piégés par les insectivores, informés des manigances grâce à la traîtrise d’une humaine.
Le thème de la consommation de la chair des oiseaux est révélateur. Les humains ont presque oublié qu’ils mangeaient autrefois des oiseaux. Ils sont même dégoûtés à cette idée. Pourtant ils vont dévorer les cadavres des oiseaux carnivores (en y prenant même plaisir) afin de vaincre totalement leurs ennemies et ne plus les craindre.
(p 120)

DSC_1032

Chapitre 13 : Le Mutant
Le personnage de Géronimo (appelé « Chat sauvage » par les oiseaux) représente la figure de l’ « Indien » aux yeux des colons Blancs américains de l’époque du Far West tout autant que le sauvage humain aux yeux des oiseaux devenus prétentieux, plus encore que « civilisés ».

Le thème du racisme est abordé dans plusieurs chapitres, comme le Chapitre 18 : La Ballade de Rapp et Wilda, sorte d’histoire d’amour impossible entre deux races d’oiseaux, dont l’une est considérée moche, misérable, méprisable en raison de son plumage qui n’est pas de la « bonne couleur ».
L’histoire se finit tragiquement, comme toutes celles de l’oeuvre.
(p 319)

DSC_1030

L’épisode sur Pololo, personnage qui fait le parallèle avec Jésus Christ (Chapitre 12 : La vie de Pololo) est assez fameux ! On y voit toute l’histoire d’une sorte de prophète incompris (qui ne d’ailleurs comprend pas lui-même l’identité ni le message de son « Seigneur »).

111-osamu_tezuka

Demain les oiseaux a été publié en 1971 et son auteur Osamu Tezuka est considéré comme le fondateur du manga moderne. Ses nombreuses œuvres traitent de thèmes historiques, philosophiques et sont toujours empreintes d’humanisme. Il critique les dérives des agissements humains (guerres, racisme, esclavage, cruauté envers les animaux…) et le manque d’amour et d’importance accordé à la Vie.

Demain les oiseaux est un manga qui fait assez bien le tour de son sujet.
Tout comme dans Animal Farm de Georges Orwell, Tezuka imagine un monde où des animaux renversent le pouvoir hégémonique des humains sur les autres créatures. Sous couvert de rétablir la justice et la paix, des individus animaux deviennent alors des leaders et sont corrompus par le pouvoir. Ces révolutions n’aboutissent qu’à la répétition des mêmes schémas injustes et violents.
On peut constater ces schémas lors des révolutions humaines conduites par le peuple, qui se retrouve non pas libre mais sous le joug d’une nouvelle dictature (Terreur après la Révolution française, dictatures se succédant en Amérique Latine et en Afrique, etc.). Le pouvoir fait baisser le niveau d’empathie. Et l’Histoire est écrite par les vainqueurs.

Publicités

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s