Déconnexion

Je connais une dame âgée qui nourrit un goéland depuis des années en mettant ses restes de nourriture tous les jours sur le rebord de sa fenêtre. Elle a donné un nom à ce goéland : Jonathan. Elle me dit qu’elle communique avec lui, par des mimiques etc. L’oiseau amène maintenant sa compagne et leur bébé pour manger à sa fenêtre.

Il y a quelques jours, elle m’a dit qu’elle avait plusieurs fois détaché des goélands dont les pieds avaient été attachés par des personnes mal intentionnées, sans doute pour qu’ils finissent par mourir de faim. Elle avait été choquée, révoltée par ça et les avait sauvés.

« Comment est-ce qu’on peut faire des choses pareilles ? C’est atroce ! »

Tout ça en faisant rôtir des cuisses de poulet au four.

goeland

Cette dame sait que je suis végane mais elle n’a pas pensé une seconde que, pour moi, entendre tout ça me fait penser :
– qu’elle a du coeur bien sûr
– mais que c’est alors tellement dommage qu’elle ne voit pas la connexion entre les oiseaux qu’elles sauvent et les oiseaux (ou autres animaux) qu’elle condamne.

À vrai dire, elle m’a même raconté qu’autrefois elle avait des poules et que sa fille s’était attachée à une poule et que cette poule n’avait donc jamais été mangée (les autres par contre…) !

Je n’ai pas essayé d’argumenter ou de souligner l’absurdité de la situation car je sais qu’elle se serait plutôt braquée que remise en question. D’autant plus à son âge.
En revanche, j’avoue que j’espère que sa fille va continuer à considérer d’aller dans le sens du véganisme (oui elle est d’accord plus en théorie qu’en pratique).

Vider un poulet _t

Crédit photo : Les CulinoTests

Avec tout ça, je repense à la schizophrénie du carnisme. À croire qu’on est piégé dans un système complètement absurde et irrationnel. On refoule les incohérences, on traçe une ligne infranchissage et totalement arbitraire entre la catégorie des animaux comestibles et celle des animaux non comestibles, on donne des noms à certains animaux et on en traite d’autres comme des objets, comme de la matière même.

Jonathan le goéland / Du poulet.

Publicités

18 commentaires

    • Merci 🙂
      J’étais au courant de cette bonne nouvelle mais je n’avais pas encore ouvert le blog à ce moment-là.
      On espère que l’interdiction de la vivisection soit étendue à la recherche médicale maintenant (voir mon billet https://peuventilssouffrir.wordpress.com/2013/11/20/ice-stop-vivisection-ou-en-est-on/ ).
      En attendant, même si cette restriction de la réglementation en matière d’expérimentation animale est loin de tout résoudre (il y a malheureusement des astuces pour la contourner), j’ai l’impression que quelque chose est en marche.
      D’ailleurs la Chine elle-même vient d’annoncer qu’elle n’oblige plus les industriels qui souhaitent vendre des cosmétiques en Chine à tester sur les animaux.
      On avance, un pas après l’autre. 🙂

      J'aime

      • Je ne sais encore que penser des expérimentations animales en matière médicale (sont-elles réellement utiles ? Quelles sont les limites éthiques ? Etc…) : la question est vaste et mérite une analyse approfondie que je n’ai pas encore faite (j’ai regardé en partie le reportage sur la vivisection qui est choquant, apporte des éclairages intéressants mais est tout de même très orienté, d’où je pense la nécessité de se documenter davantage pour se faire une opinion sur la question). En revanche, pour ce qui est des cosmétiques, il est clair que les tests sur des animaux n’ont pas lieu d’être, l’esthétique, le maquillage, des choses si superficielles ne justifient pas les expérimentations barbares…quel besoin d’innovation a-t-on en la matière d’ailleurs ? Sur ce point il est certain que la souffrance des animaux est injustifiée et même s’il y a encore du chemin à faire comme vous dites, on avance, un pas après l’autre…

        J'aime

    • A partir du moment où les résultats ne sont pas fiables pour l’Humain, quel intérêt ? Autant jouer à pile ou face…
      Pour plus d’infos, vous pouvez visiter les sites d’Antidote Europe http://antidote-europe.org/
      et de Pro Anima http://www.proanima.fr.

      Sans parler du fait qu’éthiquement sacrifier une vie innocente, c’est juste mal. Après je comprends qu’il est assez instinctif de vouloir faire passer avant sa propre espèce mais la vérité c’est qu’on serait même incapables de faire subir ça nous-même aux animaux, et les gens sont souvent scandalisés lorsqu’ils apprennent que même des chiens et des chats sont torturés (car ils connaissent ces espèces animales et ressentent donc une empathie qui rend leur sacrifice insupportable).

      J'aime

      • Vrai. Par contre, imaginons, si on arrête les tests sur les animaux, vu qu’il existe encore peu de méthodes alternatives, cela implique qu’on admette OFFICIELLEMENT que les humains sont des cobayes (même si c’est déjà le cas effectivement, la société n’est pas prête à le reconnaître à mon avis). Et là je pense que ça pose un gros problème éthique à notre société et qu’aucun gouvernement ne voudra endosser ça en interdisant la vivisection. On dirait que les tests sur les animaux sont la dernière barrière morale avant les tests sur les humains vous ne trouvez pas ? J’ai du mal à exprimer mon idée je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire….le problème me paraît vraiment insoluble à l’heure actuelle (le clonage humain étant évidemment interdit (oui parce que ce qui se rapprocherait vraiment d’un humain c’est un humain cloné mais là on tombe dans un autre sujet aux limites de l’éthique…).

        J'aime

    • Oui !
      Les articles des Cahiers antispécistes sont toujours très complets.
      Et tout ce qui touche au travail de Melanie Joy fait vraiment comprendre beaucoup de choses. Ce qu’elle explique se vérifie si souvent au quotidien (l’anecdote de mon billet en est un bon exemple en effet).

      J'aime

      • Il y a du vrai dans ces documents, sur la rapport que nous avons avec les animaux dont nous mangeons la viande, l’empathie à leur égard etc…Par contre, ce qui m’agace un peu dans tout cela, c’est qu’on culpabilise toujours le consommateur (et pas que pour la viande si vous regardez bien : on va manquer d’eau bientôt ? Donc faites attention chez vous, économisez et on augmentera les factures parce qu’un bien rare est cher (je résume grossièrement)). Ici, on appelle encore le consommateur de viande à prendre conscience de ce qu’il fait. Or, le problème n’est pas le fait que nous mangions de la viande : cela n’a rien, en soi, de pas naturel. En effet, l’homme EST un animal OMNIVORE, c’est scientifiquement établi. Les animaux se mangent bien entre eux, c’est naturel et cela n’a jamais posé de problème éthique à personne. Non, là où je rejoins je pense le discours des végans et végétariens, c’est sur l’industrialisation massive de ce mode d’alimentation. Nous vivons dans des sociétés modernes où nous ne manquons de rien, pire, nous gaspillons. On a pas besoin de manger de la viande tous les jours, c’est même mauvais pour la santé. A l’inverse, se priver totalement de viande ne me paraît pas justifié : c’est faisable certes, mais il est quand même plus difficile de trouver un équilibre alimentaire sans en manger du tout. Et puis quoi, on a le droit de simplement aimer manger un bon steack de temps à autre. Non, ce qui est gênant, c’est l’excès dans la consommation qui conduit à l’abattage systématique, de surcroît dans des conditions moralement inacceptables, et pire….au gaspillage ! Combien d’animaux tués ne seront même pas mangés ? Idem pour les fruits et légumes : les supermarchés en jettent des tonnes chaque année… Au final : la production massive pour des considérations économiques tue notre alimentation de façon générale (OGM, cultures destinées uniquement à l’exportation qui demandent des consommations d’eau aberrantes en été (je pense au maïs ici)…) et je pense que c’est sur ce point que tout le monde (végétariens et non végétariens) devrait se rejoindre et s’interroger en premier lieu pour que nous avancions.

        Je ne cautionne pas la souffrance mais il se trouve qu’elle est parfois compréhensible (dans la vie en général). Par contre, je condamne la souffrance INUTILE car il n’existe aucun argument pour défendre cette dernière.

        J'aime

  1. @Silouhette
    J’aurais écrit à peu près le même commentaire il y a quelques mois de ça.

    Entre temps j’ai eu accès à une info en particulier qui a tout changé pour moi : NON l’humain n’est PAS omnivore, ou en tout cas pas dans le sens où il doit manger de « tout » : végétaux + animaux. L’humain a besoin des végétaux mais pas des produits animaux. Il peut consommer des produits animaux à petite dose, au delà c’est carrément nocif pour son corps. Cette affirmation se base sur les conclusions de scientifiques bien sûr (par exemple Cuvier, Darwin…).
    Voir par exemple ce lien très instructif à ce sujet : http://www.vegetarisme.fr/vegetarien.php?content=vegetarien_ficheanatomiecomparee
    Dès lors, la seule raison qui reste (et vous l’évoquez) c’est le plaisir de manger de la viande.
    Très honnêtement, je n’aurais jamais opté pour le végétalisme si mon corps n’étais pas fait pour.

    Je ne cherche pas du tout à culpabiliser les consommateurs, je critique le système qui nous désinforme. J’affirme par ailleurs que je crois plus à notre pouvoir en tant que consommateur qu’en tant que votant (vu que l’argent gouverne le monde).

    J'aime

    • Je manque de temps pour répondre sur le fond (et lire ce que vous me recommandez mais je ne manquerai pas d’y revenir :))

      Juste quelques précisions toutefois vu qu’il n’est pas toujours facile de discuter via Internet sans se connaître :

      1/ Ne prenez jamais ce que je dis pour vous, ça n’a rien de personnel. Je respecte les opinions des autres lorsqu’elles sont argumentées, je n’ai de préjugés sur personne. J’aime simplement discuter avec les gens qui savent débattre et argumenter dans le respect mutuel et pour le moment, je pense que vous en faites partie 🙂 Je n’ai pas d’idées arrêtées de façon définitive, j’aime chercher à les construire et à les enrichir en permanence. C’est le chemin vers une forme de paix et de sagesse que je recherche (enfin je crois que c’est le bon chemin).

      2/ Je ne pense pas que le corps n’est pas fait pour le végétalisme ou le végétarisme. En revanche, il n’est pas non plus incompatible avec le fait de manger de la viande, à petites doses, là je partage votre avis, c’est d’ailleurs ce que je fais pour ma part.

      3/ Le sujet de fond est je crois, la problématique de la maltraitance animale et j’aimerais beaucoup qu’on trouve des solutions équilibrées et bénéfiques pour cela. Mais il faut à mon avis y aller petit à petit : vouloir convaincre les gens que manger de la viande n’est pas utile est un challenge trop difficile à l’heure actuelle, c’est trop ancré culturellement. En revanche, commencer par les sensibiliser au fait qu’en consommer trop est inutile et aux méfaits de l’industrialisation me paraît nettement plus faisable dans un premier temps. En gros, commencer par essayer de changer les habitudes et les choses au niveau global avant de susciter la réflexion au niveau individuel. Sinon, les gens se sentent agressés et on tombe vite dans des réactions trop extrêmes. Je suis contre l’excès dans toutes ses formes somme toute car je pense que c’est cela qui tuera l’humanité !

      J'aime

      • Oui pas facile de discuter comme ça par commentaires. 🙂 (Au passage on peut peut-être se tutoyer.)

        1/J’aime bien cette façon de voir les choses, je m’y reconnais.

        2/On est d’accord.

        3/Je pense aussi que même si le végétarisme est un peu plus médiatisé ces derniers temps, on est loin de convaincre les gens en masse. Plusieurs raisons à cela mais c’est de toutes façons clair (en tout cas pour moi) que ce n’est pas la première « avancée » (moi je verrais ça comme une avancée) qui puisse être obtenue.
        Concernant la maltraitance animale, j’ai un espoir à plus ou moins court terme pour la corrida, qui est tout de même quelque chose d’assez différent puisque là on parle de sadisme et de violence exposée aux yeux de tous, y compris d’enfants. C’est également une activité qui n’attire plus grand monde et qui n’est pas viable économiquement.
        Entre l’abolition de la corrida et le véganisme complet, il se passera beaucoup de temps je pense (j’ai tendance à être convaincue que ça arrivera forcément, comme A. Caron). La circulation des infos grâce au Net aide mais faire tomber un système est très difficile (par exemple nous vivons encore dans un système fortement patriarcal malheureusement).
        Il y a pas mal de débats par rapport aux « stratégies » : doit-on d’abord améliorer les conditions de vie et de mort des animaux pour que ceux du présent souffrent moins même si on ne peut pas les sauver, et pour que les populations humaines se sensibilisent de plus en plus à leur sort ? Ou doit-on immédiatement faire de fortes revendications politiques, aussi fou que ça puisse paraître maintenant (un strip BD à ce sujet http://insolente0veggie.over-blog.com/article-pour-l-abolition-de-l-esclavage-pour-l-abolition-du-veganisme-118279044.html ) ? Je ne sais pas.
        Ma seule certitude c’est qu’on ne doit pas finir en affrontement entre deux camps, ce ne serait bon pour personne. Mais l’animal ne devrait plus être considéré comme un objet sans aucun droit et la question de notre rapport aux autres animaux (et à notre planète) doit être abordée sérieusement.

        J'aime

  2. @Silouhette encore 🙂
    Sur la recherche médicale: C’est un sujet super délicat je trouve, parce qu’il ne serait pas envisageable de ne plus faire de recherche, mais qu’on ne peut pas non plus éthiquement tester (et donc faire des ratés) sur des humains.
    Arrêter les tests sur les animaux, ça ne veut pas dire ne plus faire de recherche. Comme expliqué par Pro Anima et Antidote Europe notamment (mais pas que par eux), il y a d’autres moyens de faire avancer la science, et ce depuis toujours.
    Quelques exemples : http://www.stopvivisection.info/spip.php?article4
    Il y a aussi de nouvelles méthodes qui se développent grâce à la technologie moderne, et là il serait vraiment indispensable de financer cette recherche là car c’est l’avenir (un peu comme les énergies renouvelables j’ai envie de dire).
    Mais bon les habitudes sont dures à changer, et puis produire et vendre ces animaux à sacrifier c’est un business !

    C’est vrai que dans les faits il y a déjà des tests sur les humains :
    1/ les tests cliniques sur les humains, qui suivent les tests sur les animaux et qui doivent donc valider ou non les résultats trouvés par l’étude qui a été faite sur des animaux.
    L’un des plus grands laboratoires mondiaux, Ciba-Geigy, reconnaît qu’après essais cliniques sur les humains, il doit supprimer 95 % des médicaments préalablement testés avec succès sur les animaux. Et parmi les médicaments qui obtiennent les autorisations après les tests sont régulièrement retirés par la suite (ou devraient l’être). On peut citer le Médiator, mais il y en a tant d’autres…
    2/ il y a encore des tests non officiels par la suite, en particulier sur les patients un peu désespérés (je sais pas vous, mais moi j’en connais personnellement). C’est vraiment du n’importe quoi.
    On pourrait aussi parler des nombreux médicaments testés sur des populations africaines qui ne bénéficieront de toutes façons pas de ces soins dès le moment où il sera prouvés qu’ils marchent (on va pas leur donner des médocs gratos et ils ont pas les moyens de payer !).

    On marche sur la tête !

    J'aime

  3. Alors par contre la corrida, je ne comprends même pas à quoi ça sert, c’est juste une tradition barbare de mon point de vue…on a arrêté les combats de gladiateurs depuis longtemps, pourquoi continuer la mise à mort (même d’un animal) dans une arène ??? A quoi cela sert-il exactement ??? Là, ce n’est même plus pour manger c’est presque un « jeu » et en plus c’est dangereux ! Non, vraiment ça me dépasse.

    P.S = on peut se tutoyer si tu veux 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s