Ce qui ne va pas avec la pornographie

polls_porn_magnet_c11751613_0225_789231_answer_2_xlarge

La pornographie nuit aux femmes.

La pornographie n’est pas imaginaire. La pornographie se passe dans le monde réel et avec des femmes réelles ; tout ce que vous voyez dans la pornographie est arrivé quelque part à une femme réelle.

L’industrie de la pornographie est une industrie pesant plusieurs milliards de dollars.

La pornographie existe pour faire de l’argent. C’est une industrie qui mâche les femmes et les recrache ; c’est une industrie où l’exposition à la violence, le harcèlement, les blessures et les infections sont considérés comme des choses normales et acceptables.

La pornographie n’enrichit pas notre sexualité. Elle la limite.

La pornographie hétérosexuelle mainstream (grand public) dicte une vision étroite et limitée de la sexualité humaine. Dans la pornographie, la sexualité masculine est fondée sur la cruauté, la contrainte et l’humiliation ; la sexualité féminine est fondée sur la soumission ou le fait de faire semblant de prendre du plaisir à être soumis-e à un traitement cruel, contraint et dégradant. La pornographie détruit l’autonomie sexuelle des femmes et les empêche de découvrir leur propre corps et leur propre sexualité.

La pornographie dépeint la violence sexuelle envers les femmes comme normale, naturelle et comme étant une partie inévitable de la sexualité masculine.

Le désir sexuel ne se développe pas à partir de rien. Le comportement lubrique que nous avons par rapport au sexe dans ce pays, associé au manque d’éducation sexuelle décente, signifie que beaucoup de personnes utilisent la pornographie comme leur première source d’informations sur ce à quoi est supposé ressembler le sexe. La pornographie hétérosexuelle mainstream dit aux hommes que la violence sexuelle envers les femmes est excitante et que les femmes aiment être violentées. Elle dit aux femmes que pour avoir des rapports sexuels corrects, elles doivent tolérer ces violences et y prendre plaisir.

La pornographie renforce la suprématie masculine et l’idée que les hommes ont le droit de demander l’accès sexuel au corps des femmes.

Les hommes se définissent eux-mêmes comme étant tout ce que n’est pas une femme. Pour être un homme, il faut qu’il y ait un groupe subordonné de femmes afin que les hommes puissent se comparer à elles et se sentir supérieurs à elles. Dans la pornographie hétérosexuelle mainstream, les hommes sont toujours les sujets actifs et les femmes sont toujours les objets passifs. Dans la pornographie, aucun homme n’échoue jamais à avoir ce qu’il veut ; dans la pornographie, les femmes existent seulement pour satisfaire les désirs des hommes, elles n’ont pas de volonté ou de désir propre à part celui de pourvoir aux besoins des hommes.

La pornographie représente le sexe et les femmes comme quelque chose de dégoûtant.

Les mots utilisés pour décrire les femmes et les corps des femmes dans la pornographie trahit le fait que les femmes et le sexe sont considérés comme sales et dégoûtants par les hommes qui les utilisent : « chienne », « conne », « salope »,  « jouet sexuel »,  « trou à bite», « sale », etc. etc.

La pornographie fait la promotion de standards de beauté misogynes.

Dans la pornographie hétérosexuelle mainstream, les femmes sont interchangeables ; les femmes et les hommes sont conditionnés à voir les corps féminins naturels (avec des poils pubiens ou de petits seins ou de la graisse) comme étant non naturels et dégoûtants.

La pornographie vous affecte.

Même si vous ne consommez pas de pornographie, un nombre important d’hommes avec lesquels vous interagissez en consomme. Il est difficile d’imaginer qu’un homme puisse passer beaucoup de temps à regarder et à se masturber sur des images dégradantes de femmes sans que l’idéologie pornographique n’ait un effet négatif sur sa vision des femmes.

La pornographie et le sexe ne sont pas la même chose !
Pro-sexe, Anti-porno : Libérez votre sexualité de la pornographie

************************************
Traduit de l’anglais par moi-même.
Source : AntiPornFeminists

Publicités

15 commentaires

  1. Le porn est aussi une chance pour les femmes qui n’ont rien dans la vie. Il est parfois la seule frontière entre une serveuse et une femme aisée.
    Je suis un homme, je consomme régulièrement de la pornographie et mes différentes conjointes ont toujours trouvées beaucoup de plaisir à coucher avec moi. Il va de soi que la maltraitance et la violence observée dans certaines vidéos sont à proscrire dans la réalité. Mais il ne faut pas se voiler la face, la domination du mâle sur la femelle est universelle aussi bien chez les animaux que chez les Hommes de toutes races (car oui, il y a bien des races d’êtres humains, determinée par la position géographique et l’évolution de l’héritage biologique).
    Et si sexuellement, il est très excitant de dominer une femme, l’inverse l’est d’autant plus.
    Vous dites que dans ce milieu les femmes sont interchangeables, les hommes le sont d’autant plus, à part Roccoci Fredi, combien d’hommes célèbres? Je pourrais citer trois actrices françaises…

    Si le porno pose des problèmes, il est beaucoup plus soft qu’une agression sexuelle ou que la prostitution. #Viveleporn

    J'aime

    • Comment pouvez-vous dire que le porno est « une chance pour les femmes qui n’ont rien dans la vie » ? Donc pour vous quelqu’un dans une situation très précaire voire désespérée, qui finit par tomber dans le porno (ou la prostitution classique- je vois de moins en moins de différence) et se faire traiter comme de la merde physiquement et mentalement… c’est une personne qui a de la chance ????
      Tiendriez-vous le même discours si c’était vous la personne en question ? Où l’un-e de vos proches ?

      Que vous n’ayez pas envie d’arrêter le porno c’est une chose, mais ce n’est pas la peine d’inventer de belles histoires dont tout le monde sait qu’elles sont fausses.

      La domination des mâles sur les femelles n’est pas universelle chez les animaux, elle n’est pas non plus innée chez les humains. Il n’y a pas d’obligations à cela, nous sommes simplement éduqué-e-s depuis l’enfance à nous positionner dans ces rôles genrés dominants/dominées. Et ça, ça va de la valorisation de la force, de la domination et de l’égoïsme chez les garçons/hommes et de la valorisation de la vulnérabilité, de la douceur, de la dévotion et de l’effacement chez les filles/femmes… jusqu’aux représentations de la sexualité complètement déformée par la pornographie justement (avez-vous lu l’article attentivement ?).

      Les acteurs masculins sont sans doute interchangeables aussi, il n’est pas dit le contraire dans l’article. Mais ce qui est sûr c’est qu’au niveau des actes filmés d’une part et au niveau des conséquences sur la société d’autre part, les répercussions ne sont pas DU TOUT les mêmes pour les hommes et les femmes (hétéro en tout cas).

      J'aime

  2. discours typique d’une personne qui a accès au sexe a volonté…
    ceux qui n’ont pas le choix (sale gueule, trop gentil, sort jamais, etc.) ne seront pas de l’avis du blogueur.

    perso, je préfère qu’un gars se stègue sur un porno plutôt que d’avoir dans la rue des gars tellement en manque qu’ils seraient prêts a violer la première fille qui passe dans un coin isolé…

    J'aime

    • Personne n’a « accès au sexe à volonté ». Les femmes pas plus que les hommes : toutes les femmes n’entrent pas dans les critères de beauté dont on nous bombarde à longueur de journée, toutes ne sont pas jeunes, minces, valides, etc.). De plus les femmes ne risquent pas seulement le refus (que les hommes doivent cesser de trouver inacceptable) mais des choses beaucoup plus graves comme le viol lorsqu’elles prennent le risque de ces interactions.

      « Trop gentil » ça veut dire quoi pour vous ? Vous êtes dans un cliché où vous vous imaginez que si vous êtes gentil, une femme vous doit du sexe ? Si elle refuse c’est que vous êtes TROP gentil ? Que les femmes préfèrent les « bad guys » ? Il faut vraiment sortir ce schéma nauséabond de nos esprits. C’est à côté de la plaque, malsain et dangereux.

      Pour finir, personne ne critique la masturbation. Aucun souci avec ça. Ce qui est criticable et critiqué dans ce billet (au nom des Droits Humains tout de même) c’est l’industrie de la pornographie qui met en scène des viols justement (je vous invite à lire des témoignages d’actrices porno pour en juger).
      Enfin dire qu’un homme auquel on ne sacrifie pas un quota de femmes (porno ou prostitution) va automatiquement allez violer des filles dans la rue, c’est faux et c’est dégueulasse. Les hommes ne sont pas des bêtes incontrôlables (vous donnez une image terrible des hommes. Vous vous considérez vraiment comme ça ?). C’est plutôt le fait d’être exposé depuis le début de l’adolescence à l’idée que les femmes sont des produits à consommer qui les poussent à avoir des comportements déshumanisant envers les femmes (qui peuvent parfois aller jusqu’au viol).

      Le porno concerne à peu près tout le monde et c’est quelque chose d’addictif. Je comprends que cela fait partie des choses difficiles à remettre en cause et/ou abandonner pour beaucoup de personnes (d’hommes surtout puisque les femmes ne sont pas la cible et développent généralement une masturbation sans porno, comme quoi c’est possible). Mais il est nécessaire d’être honnête avec ce phénomène si on ne veut pas participer à de l’esclavage sexuel, du viol, de la pédophilie parfois…

      Quelques liens pour approfondir :
      http://lesquestionscomposent.fr/toutes-des-salopes-ou-le-mythe-du-mec-trop-gentil/
      http://perseides.hautetfort.com/archive/2012/11/04/pornographie-ce-que-vivent-les-actrices-esclaves.html
      http://louislepioufle.eu/2011/04/porno-sexe-sida-suicide/
      http://parsagrace.net/2009/11/23/des-actrices-revelent-la-realite-de-lindustrie-pornographique/
      – VIDEO TED https://www.youtube.com/watch?v=gRJ_QfP2mhU

      J'aime

  3. Bonjour,
    J’aimerais préciser qu’il y a aussi de plus en plus de femmes à consommer de la pornographie (elles représentent 23% des consommateurs).
    Après, dans la pornographie qui plaît aux femmes, on a 50 nuances de Grey (produit par des femmes pour des femmes) ce n’est pas « très différent » à la différence du mariage à la fin….
    J’aimerais préciser une chose : la plupart des femmes préfèrent les « bad boy » je l’ai toujours observé (voir quel type d’hommes a le plus de succès suffit pour voir que c’est réel). Pas toutes les femmes bien sûr mais la majorité.
    Je viens de lire un livre After écrit par Anna Todd, une jeune femme est en couple avec un mec très gentil prévenant… et elle rencontre un bad boy et la suite se devine facilement…..
    PS : la pornographie gay n’est pas très différente en réalité…..

    J'aime

    • Bonjour,
      Je ne sais pas quelle est la part des femmes qui consomment du porno, ni si c’est en augmentation. Ce qui est sûr c’est que la cible principale est l’homme hétéro et surtout qu’une femme qui regarde du porno ne reçoit pas du tout le même message qu’un homme. Elle va s’identifier à la femme, à la soumise, à la violentée, à la « salope ».
      Après il ne faut pas s’étonner que des femmes puissent être excitées par des mecs aux allures de ‘dominants’… mais autant ce ne serait pas bien grave s’il ne s’agissait que d’un jeu sexuel parmi d’autres autant là on parle de domination réelle, sur tous les aspects de la vie bien souvent. C’est insidieux et très dangereux.
      Je crois tout de même que cette histoire de préférer les bad boys c’est du flan. On a juste tou-te-s tendance à être plus attiré-e-s par les personnes sûres d’elles. Rien à voir avec les personnes malfaisantes. Le vocabulaire n’est pas le bon.

      J'aime

  4. En dehors de la problématique du sexisme (qui est effectivement omniprésent dans l’industrie du sexe en général) c’est aussi la représentation globale de la sexualité qui pose problème dans le porno, à mon humble avis.
    La sexualité y est en permanence montrée comme un acte de violence, de domination, une lutte de pouvoir entre les partenaires; où l’humanité de chacun est niée et où les protagonistes sont réduits à n’être que des objets. Malheureusement c’est le cas aussi bien dans le porno homo ou queer qu’hétéro. Il manque complètement les notions de respect, d’écoute, de confiance, qui sont totalement indispensables dans la *vraie* sexualité.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s